Tour de veille – Juin 2022

Les congés estivaux approchent, mais avant de partir, il est temps de revenir sur l’activité de la Légothèque au mois de juin.

  • Revenons d’abord sur le 67ème congrès de l’ABF qui a eu lieu du 2 au 4 juin à Metz. Après 2 années sans congrès, 550 professionnel.le.s ont pu se retrouver et réfléchir autour de la thématique « les bibliothèques sont-elles indispensables ? ». La Légothèque a été présente sur 4 temps forts :
    • la remise des prix du concours Chouettes Toilettes
    • la rencontre avec les commissions
    • la bibliothèque vivante
    • l’atelier autour des fiches « accueillir des personnes trans en bibliothèque »

Retrouvez un retour détaillé sur le congrès :

Vous pouvez également retrouver les captations du congrès en audio ou en vidéo ici.

Et rendez-vous du 8 au 10 juin 2023 à Dunkerque !!

  • En ce mois des Fiertés, la Légothèque s’est intéressée aux actions menées par les bibliothèques sur cette thématique. Tables thématiques, rencontres, expositions … retrouvez les programmations dédiées des médiathèques d’Epinay, de Floirac, d’Andernos, la bibliothèque George Sand, les médiathèques parisiennes Claude Levi-Strauss et François Villon, la bibliothèque de l’INSA à Rennes et la BPI.

  • Enfin, Julia Pietri nous a présenté sa maison d’édition indépendante « Better Call Julia » visant à déconstruire les stéréotypes de genres via des approches novatrices. Les deux tomes de son livre jeunesse « Le guide de la foufoune sexuelle » y sont publiés.

Compte rendu du congrès de l’ABF 2022

Le 67e congrès de l’ABF s’est déroulé du 2 au 4 juin derniers à Metz. La légothèque était présente sur quatre moments forts.

La remise des prix du concours Chouettes Toilettes

Logo réalisé par Lucie Pécaut

Après une 1ere édition l’an passé, l’équipe du concours a relancé une nouvelle édition pour 2022. Six prix ont été décernés parmi les dossiers proposés.

L’intégralité du palmarès est à retrouver ici : Concours Chouettes Toilettes. Les établissements récompensés représentaient une palette diversifiée de bibliothèques : qu’il s’agisse de bibliothèques situées dans des villes de quelques milliers d’habitants, de bibliothèques universitaires et même des bibliothèques étrangères dans un pays francophone, tout le monde peut participer !

Cette heure passée avec le public a été l’occasion de discuter de la genèse et surtout de l’intérêt du concours.  Les discussions ont permis de rappeler qu’il avait pour but de mettre en lumière un accueil inclusif et bienveillant, où le public de nos établissements peut trouver des services utiles et un lieu agréable, de bons indicateurs de l’ambiance de l’ensemble du bâtiment.

De nombreuses questions ont été posées, ce qui a permis, par exemple, de rappeler au passage qu’aucun texte de loi n’impose, pour le public, des toilettes genrées. Les échanges ont également abordé le développement de toilettes plus écologiques, un critère qui est également pris en compte dans le choix du jury.

Une check-list a été établie par l’équipe pour commencer la réflexion sur un meilleur accueil dans cet espace.

Et chez vous, les toilettes sont-elles chouettes ?

La rencontre avec les commissions

Lors de cette édition, vous avez pu rencontrer trois membres de la commission et vous avez été nombreuses et nombreux à venir nous rendre visite ! Merci beaucoup pour votre intérêt et pour vos questions ainsi que vos remarques qui construisent aussi nos réflexions.

Si vous souhaitez nous poser des questions et/ou nous rejoindre, une seule adresse : legotheque@gmail.com

La bibliothèque vivante

Conçue en partenariat avec la commission AccessibilitéS, la bibliothèque vivante proposait la rencontre entre le public et 10 « ouvrages », c’est-à-dire dix personnes qui sont venues partager avec vous leur parcours et leur histoire. Sous titrée « Une histoire vraie pour briser les préjugés », ces rencontres ont attiré 80 personnes et ont été un moment apprécié.

L’atelier autour des fiches « Accueillir des personnes trans en bibliothèque »

Photo de trois paperboard qui reprennent les questions posées lors de l'atelier, avec les remarques des participants.

Suite à la création de la boîte à outils sur l’accueil des personnes trans en bibliothèque, la présentation d’une partie des fiches qu’elle contient a été proposée sous forme d’un world café. Ce format propose à plusieurs groupes de se pencher chacun sur un sujet, puis, au bout d’un certain temps de reprendre le sujet d’un autre groupe pour l’approfondir ou y opposer d’autres arguments.

Ce world café a été proposé en partenariat avec l’ANT, l’Association Nationale Transgenre, et Couleurs gaies, une association LGBTQI+ de Metz. Leur présence nous a permis d’avoir des voix d’usager·es des bibliothèques plutôt qu’uniquement professionnelles, notamment pour répondre aux interrogations des participant·es à l’atelier.

Les trois questions proposées étaient :

  • Un·e usagèr·e vous fait une suggestion d’achat. Un·e collègue vous fait remarquer qu’il s’agit d’un livre transphobe. Que faites-vous ?
  • Vous vous retrouvez face à un·e usagèr·e trans. Comment réagissez-vous ?
  • Qu’est-ce que vous pourriez proposer comme animation pour sensibiliser à la transidentité ?

Toutes les questions pouvaient être mises en lien avec certaines des fiches que nous avions créées.

Les participant·es ont soulevé de nombreux points, qui recoupaient ou pas nos propres propositions.

  • Concernant les collections, les premières remarques concernaient la vérification des informations : quelle maison d’édition, quel·le auteur·ice… La nécessité de s’appuyer sur la loi, ainsi que sur la politique documentaire, a été rappelée. Si l’ouvrage devait tout de même être acheté, des solutions de médiation ont été suggérées : écrire des « coups de gueule », mettre des avertissements, acheter d’autres documents pour contrebalancer, mettre dans un fonds particulier, etc.
  • Concernant l’accueil, les premières questions se sont posées sur la nécessité de genrer la personne, que ce soit à l’oral (« bonjour » plutôt que « bonjour monsieur/madame »), sur les courriers administratifs (lettres de rappel), ou dans les logiciels et questionnaires d’inscription. La question des toilettes a également été évoquée, ainsi que celle du pass sanitaire (qui a pu mettre en difficulté les personnes trans, à cause des problèmes de changement d’état civil).
  • Concernant les animations, de nombreuses idées ont été lancées : des heures du conte avec des personnages trans, des sélections de documents, des animations avec des partenaires associatifs, des projections de films, des bibliothèques vivantes, des animations avec des classes, des podcasts, etc. Des pistes pour faciliter la mise en œuvre de ces animations ont également été suggérées : proposer des formations et des journées de sensibilisation pour le personnel – et les élu·es, visiter des structures qui ont déjà des propositions fortes, etc.

Le mois des fiertés dans les bibliothèques

Les bibliothèques et le mois des fiertés en juin : et vous dans vos bibliothèques, vous faîtes quelque chose ? Voici un panorama d’actions menées dans différentes bibliothèques. Merci aux collègues qui ont pris le temps de répondre!

L’inclusion de tous les publics est au coeur de nos missions en bibliothèque et de Légothèque. Le mois des fiertés est l’occasion de mettre en valeur espaces, collections, et animations variées.

  • Les médiathèques d’Epernay ont mis en place tout un cycle d’animations.

-Exposition photo « J’existe » (collaboration avec l’association FACE A TOI MEME de Liège et EX Aequo Reims). Cette exposition présente des portraits photographiques qui dépeignent l’être humain dans toute sa diversité.

-Stop motion « Le coeur Arc-en-ciel ». Réalisation d’un film en stop motion. Une autre manière d’aborder les différences et de parler de ses émotions.

C’est cliché ! (jeux Mémo de l’égalité + C’est cliché Canopé). Jeux qui questionnent les stéréotypes et les questions de genre, points communs et différences filles/garcons

-Iel était une fois… avec le collectif Paillettes ! Lectures de contes par le collectif paillettes (Drag queens)

-Stand d’information et de prévention. Information auprès du grand public. Groupe LGBT Sparnacien + SOS Homophobie

-Projection « Lola vers la mer » + discussion

Discussion avec association Ex-aequo à l’issue de la projection du film. Association Ex-aequo Reims.

  • Médiathèque de Floirac située en Gironde. Médiathèque Jean Darriet M270

Les cafés de Roland : spécial mois des fiertés. Présentation d’une sélection de textes sur les thématiques LGBTQIA+ de façon théâtralisée avec un comédien.

  • Médiathèque Andrée Chedid (Andernos)

Table documentaire ado / young adult / jeunesse

Mise en valeur des fonds documentaires, fiction et non fiction avec une guirlande « mois des fiertés »

  • bibliothèque Claude Lévi-Strauss (Paris)

Le nouveau fonds LGBTQI+ de la bibliothèque Claude Lévi-Strauss (Paris) : en plus du fonds Féminismes, déjà présenté sur ce blog, les bibliothécaires font coïncider l’inauguration de ce mini fonds LGBTQI+ avec le mois des fiertés, en l’illustrant avec une table thématique et une bibliographie sélective.

  • Bibliothèque François Villon (Paris)

Rencontre BD live avec l’illustratrice Soizick Jaffre

A l’occasion du mois des fiertés : réalisation de dessins en direct et en musique sur la thématique LGBT+

Le mois des fiertés sera aussi l’occasion de mettre en avant des titres LGBTQ et d’étoffer les sélections en ligne préparées en 2021.

  • Bibliothèque de l’INSA à Rennes :

Exit Lyon, l’association LGBTQ de l’INSA Lyon, a sélectionné un corpus de livres LGBT à destination de la Bibliothèque de l’INSA à Rennes. Ils seront exposés lors de la semaine des arts et sciences Queer et également mis à l’honneur en juin.

  • Médiathèque George Sand :

table thématique « mois des fiertés » avec documentaires, albums, films, jeunesse et adultes Lgbt+.

  • Bibliothèque Publique d’Information (BPI) : chroniques sur des romans et BD aux thématiques LGBT

Ensemble pour lutter contre les stéréotypes de genres dans l’édition

Je m’appelle Julia Pietri,  je me considère comme une Féministe Pop’, c’est à dire que j’utilise dans mon travail la “Pop’ Culture” pour déconstruire les stéréotypes de genres, et rendre mon travail le plus accessible pour toutes et tous.

Photo d'une femme blanche aux cheveux châtains décolorés qui porte un manteau noir. Elle se tient devant une devanture de magasin et tient une affiche avec une représentation d'un clitoris rose, avec la mention "it's not an emoji".

Je ne m’adresse pas aux convaincu.e.s. J’essaie de créer de petites “portes ouvertes” vers le féminisme,  des portes d’éveil pour que de nouvelles personnes y entrent, et par la suite, commence à détricoter la pelote de laine du patriarcat par elles-mêmes.  

C’est pour cette raison que j’ai crée ma maison d’édition BETTER CALL JULIA, une maison d’édition indépendante, qui a pour but de faire avancer la réflexion sur les questions des droits des femmes et des questions de genres, en explorant de thématiques et des approches novatrices. 

J’ai lancé une rubrique Jeunesse pour écrire les livres que j’aurais adoré lire quand j’étais petite. Des livres où l’on trouve des réponses simples et sans tabous sur les sujets d’éducation et de santé sexuelle. Les enfants doivent avoir conscience de ce qu’ils ont entre les jambes. Sinon, comment peuvent-ils avoir conscience du consentement et se protéger? Si rien n’existe, il n’y a rien à protéger… »

Visuels de deux livres : le petit guide de la foufoune sexuelle et son second tome.

Inclusive et bienveillante, je parle à la première personne dans mes livres, un lien direct afin de créer un lien de confiance avec les jeunes lectrices et lecteurs. 

Dans Le petit guide de la foufoune sexuelle – Tome 1, je parle de consentement et de corps aux petites filles et aux petits garçons de 4 à 12 ans.

Sans précéder les attentes de l’enfant, ce livre permet de poser des questions aux enfants qui pourront y répondre en fonction de leur âge et de leur maturité. Dans ce livre on parle du sexe comme on parle de l’estomac et j’invite les enfants à exprimer leurs émotions, à poser leurs questions pour les inciter à prendre la parole sans tabou.

Sommaire d'un livre avec quatre parties : découverte du corps, notre corps nous-mêmes, tu grandis ton corps aussi et le monde des grandes et des grands.

On y parle de corps, de pipi, de caca, de l’intimité, de la nudité, de la découverte de l’anatomie, de l’image de soi,  de nos émotions, des câlins, de l’amour, des bébés, mais aussi de la sororité, des frères et des soeurs, à l’importance du respect mutuel ou encore des interdits. Le livre se termine sur les âges de la vie… Grandir c’est quoi ? Et dévoile un peu le monde de la puberté. 

Ensuite, j’ai écrit le Tome 2 pour les ados. 

Le petit guide de la foufoune sexuelle – Tome 2, pour les filles et les garçons. Dans ce livre, on parle aux filles et aux garçons c’est important.

Je parle avec bienveillance et inclusivité de la puberté. J’y explique les émotions, les pics d’hormones, le consentement, les premières fois, les règles, les poils, l’égalité HF et aussi comment mettre un préservatif par exemple …

L’illustratrice Pauline Deshayes accompagne ce guide de magnifiques planches anatomiques, où l’on découvre la véritable anatomie de la vulve, du clitoris, du vagin et aussi du pénis bien sûr.

Planches anatomiques dessinées du pénis, interne et externe et du complexe utéro-clito-vaginal, interne.

Parler d’éducation sexuelle est d’utilité publique car c’est une question de santé sexuelle pour toutes et tous. Ce petit guide prône l’égalité des sexes, aborde les notions d’identité, de liberté, sans oublier de parler des droits fondamentaux et de la prévention.

Tout ce que l’on a besoin d’entendre pour grandir dans une atmosphère heureuse et bienveillante est à l’intérieur !

Dessin de quatre personnages, deux ayant une vulve et deux ayant un pénis. Les différentes évolutions à la puberté sont notées selon le type d'organe génital possédé.

L’éducation à la sexualité est un droit. Toute personne doit recevoir une information de qualité, non discriminatoire et adaptée à sa maturité puisque la sexualité est présente à tous les âges, elle joue un rôle important dans notre développement personnel et nos rapports sociaux. 

Mes références:

Vous pouvez retrouvez mes livres sur le site: https://gangduclito.com/

Le site de la maison d’édition:  http://bettercalljulia.com/

Mon site personnel: https://www.juliapietri.com/

Mon insta : @gangduclito

Tour de veille – 4e édition québécoise

Pour la 4e édition du tour de veille des milieux bibliothéconomiques du Québec, voici des nouvelles, annonces, formations, etc… qui concernent l’ÉDI en milieu documentaire, l’écriture inclusive, la censure et beaucoup plus !

Bienvenue comité ÉDI

Logo de la Fédération des milieux documentaires (FMD)

En novembre 2021, la Fédération des milieux documentaire a annoncé officiellement la création du Comité équité, diversité et inclusion (ÉDI-FMD). Ce nouveau comité présidé par Jennifear Ricard ( Bibliothécaire jeunesse, BAnQ) « espère émettre des recommandations et proposer des outils concrets permettant aux intervenants et intervenantes en bibliothèque d’aborder ces questions avec plus d’aisance. » Plus d’informations ici: https://fmdoc.org/2021/11/04/le-comite-edi-equite-diversite-et-inclusion-est-officiellement-lance/

Adieu frais de retard

Logo des Bibliothèques de la Ville de Montréal

S’inspirant du mouvement né aux États-Unis d’Amérique de bibliothèques sans amendes (Fine Free Libraries), la Ville de Montréal a aboli les frais de retard en juin 2021 dans l’ensemble de ses bibliothèques. Les Bibliothèques de la Ville de Québec s’interrogent également sur le fait d’abolir les frais de retard dans leur réseau de bibliothèques. Avec le plus grand réseau (Ville de Montréal) et le 2e plus grand réseau (Ville de Québec), environ 74 % des bibliothèques québécoises émettent encore des frais de retard et vont peut-être réfléchir à leur suppression. Plus d’informations ici : https://www.ledevoir.com/lire/614712/bibliotheque-montreal-fait-passer-les-frais-de-retard-dans-le-domaine-de-la-fiction

Formations écriture inclusive et ADS+ pour les milieux documentaires

En septembre 2022, la Fédération des milieux documentaires tiendra une formation sur l’écriture inclusive avec le but de « démystifier les enjeux liés à la socialisation non stéréotypée véhiculée à travers l’emploi des mots. » La formation sera donnée par Catherine St-Arnaud-Babin qui est bibliothécaire de liaison au Centre de documentation sur l’éducation des adultes et la condition féminine (CDÉACF). Plus d’informations ici : https://fmdoc.org/evenement/formation-webinaire-le-28-septembre-2022-de-9-h-30-a-12-h-adopter-une-ecriture-inclusive/

En partenariat avec la Fédération des milieux documentaires, la Direction des bibliothèques de la Ville de Montréal offre une formation sur l’ADS+ (l’analyse différencié selon les sexes et plus). Plus d’informations ici : https://fmdoc.org/evenement/formation-webinaire-le-7-juin-2022-la-direction-des-bibliotheques-de-montreal-et-lads-vers-une-plus-grande-inclusion/

Peu de censure dans les bibliothèques municipales québécoises

Exposition de livres censurés à la Bibliothèque régionale de Timberland (Washington) États-Unis d’Amérique

Des 74 demandes de retrait de livres dans les bibliothèques publiques de l’ensemble des provinces canadiennes, seulement une provenait du Québec sur des publications de Stéphane Bourgoin. Pour en savoir plus sur les demandes de retrait d’ouvrages en bibliothèque municipale au Canada, consultez ce lien : https://www.ledevoir.com/culture/717093/litterature-censure-quelle-censure

Au Québec, on est rendu là : drag queens et télé-jeunesse

L’émission jeunesse, Barbada, de ICI Tout.Tv de Radio-Canada

La drag-queen québécoise, Barbada de Barbade, connue sur sa une sur la revue de l’Abf en 2020 et étant la première drag-queen au Québec, et peut-être même dans la francophonie, à faire une heure du conte, à savoir des lectures pour les enfants, est désormais vedette et animatrice dans une émission jeunesse intitulée Barbada. Pour en savoir plus, consultez cet article de Radio-Canada : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1870593/barbada-musique-enfants-emission-tou-tv ou celui-ci du Journal Le Métro : https://journalmetro.com/culture/2724887/premier-salon-livre-lgbtq-montreal/.


Congrès de l’ABF 2022 : Les bibliothèques sont-elles indispensables ?

Pour ce 67e congrès de l’ABF, la Légothèque vous donne rendez-vous au centre des congrès Robert Schuman de Metz. Cette année, l’équipe sera présente tout au long de cette fin de semaine, pour les séances suivantes :

  • Jeudi 2 juin, à 17h30 : remise du prix Chouettes Toilettes. Pour la deuxième édition du concours, le jury récompensera les toilettes de vos bibliothèques : développement durable, confort, services, … Plus d’infos sur la page du site de l’ABF.
  • Vendredi 3 juin, à 13h : bibliothèque vivante. Avec la commission AccessibilitéS, la Légothèque vous propose de rencontrer des bibliothécaires, artistes, bénévoles associatifs, qui vous feront découvrir leurs parcours.
  • Vendredi 3 juin, à 17h30 : speed-dating des commissions. Une rencontre informelle, sans inscription, pour nous rencontrer, et poser toutes les questions que vous pouvez avoir ! Nous aurons même une petite surprise, avec une avant-première concernant l’un de nos projets de cette année…
  • Samedi 4 juin, à 10h30 : world-café autour de l’accueil des personnes trans en bibliothèque. Au travers de thématiques professionnelles, venez réfléchir à la création d’espaces inclusifs et accueillants pour les personnes trans. Nous serons accompagnés de l’Association Nationale Transgenre et de Couleurs Gaies pour cet atelier, qui se terminera avec la présentation de notre nouvelle boîte à outils.

La commission Légothèque vous attend avec impatience sur ce Congrès ! Et pour celles et ceux qui ne pourraient s’y rendre, pas de panique : nous vous ferons un compte-rendu de nos actions sur le blog dans les semaines à venir.