Le meilleur de notre veille #32

Pour cette trente-deuxième synthèse de la veille réalisée par les légothécaires sur Diigo, nous mettons l’accent sur des événements (parisiens) et des actions positives en faveur de la lutte contre les discriminations, loin d’une triste actualité nationale (cf. les chiffres alarmants du rapport 2017 sur l’homophobie) ou internationale (cf. la pétition d’Amnesty international contre les persécutions d’homosexuels en Tchétchénie).

Des lectures d’albums jeunesse pour lutter contre les discriminations

Une journée d’étude sur le thème « Dès la petite enfance : lectures d’albums pour lutter contre les discriminations » s’est déroulée le 19 mai dernier à Paris.

La rencontre a abordé différentes expériences de partage telles que les lectures en bas de l’immeuble, les lectures intergénérationnelles, la lutte contre les stéréotypes dans les albums jeunesse. La journée a été conclue par Sylvie Rayna, maître de conférence à l’université Paris 13 et membre du Centre de recherche interuniversitaire EXPERICE. Spécialisée dans l’étude des pratiques culturelles dans l’enfance, Sylvie Rayna a notamment participé a la rédaction de l’ouvrage collectif « L’égalité des filles et des garçons dès la petite enfance » (Erès, 2014).

Résultat de recherche d'images pour "lire a paris association"

Cette actualité est l’occasion de mettre en lumière deux acteurs associatifs qui luttent contre les phénomènes d’exclusion ou de discrimination dans les secteurs de la Petite Enfance et de l’Enfance : Le Furet, organisme de formation bien connu des professionnels, qui publie les revues « Le Furet » et « Enfants d’Europe » et  L.I.R.E à Paris (le Livre pour l’Insertion et le Refus de l’Exclusion), créée en 1998 par des bibliothécaires et des professionnels de la petite enfance pour développer des projets d’éveil au livre et des formations à la lecture Jeunesse (à ce titre, elle organise le jeudi 15 juin 2017 à Paris une formation « Lire avec les très jeunes enfants : quels livres, quelles pratiques? »).

Cette association propose sur son site une bibliographie générale qui contient des sections intéressantes sur l’imaginaire interculturel (« familles d’ici et d’ailleurs ») et les liens filles-garçons (« amitiés », « jalousie ») mais semble éviter le sujet de l’homoparentalité (cf. Mes deux papas aux Ed. des ronds dans l’eau, 2013), de l’amitié entre garçons (voir le délicat Jérome par coeur, Actes Sud, 2012) ou du questionnement d’identité (cf. Le secret d’Ugolin, histoire d’un chien qui se prend pour un chat. – Seuil jeunesse, 2000).

Dialogue entre sociologues et biologistes sur le racisme

Résultat de recherche d'images pour "La relation à l’autre, au cœur de la pensée sociologique, Dominique Schnapper"La Société des Amis du Musée de l’Homme organise une conférence sur le racisme ce jeudi 24 mai 2017 de 18 heures à 19h30 (sur inscription) : Dominique Schnapper, sociologue, directrice d’études à l’EHESS, membre honoraire du Conseil constitutionnel s’interrogera sur les possibilités de prise en compte par les sciences humaines des analyses récentes des biologistes sur les différences entre les êtres humains : comment faire vivre ensemble des individus divers dans des sociétés qui se donnent l’égalité comme valeur commune ?

Ouvrage associé : La relation à l’autre, au cœur de la pensée sociologique, Dominique Schnapper (Gallimard, 1998). Recension sur Persee.org

Des expositions contre l’homophobie à la médiathèque de Fontenay-sous-bois

Nous vous invitons à voir deux expositions contre l’homophobie à la médiathèque Louis Aragon de Fontenay-sous-bois , du 12 au 31 mai 2017 :

  • l’une organisée par la Fédération l’Autre Cercle, a pour objectif de lutter contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et à l’identité de genre dans le monde du travail ;
  • l’autre est basée sur une bande dessinée intitulée « Projet 17 mai » publiée par la maison d’édition « Des ailes sur un tracteur ». Cette bande dessinée collaborative (réalisée par une quarantaine de dessinateurs-trices) a pour objectif de dénoncer l’homophobie et la transphobie avec gravité, humour, voire auto-dérision.

A noter que L’Autre cercle Alsace est à l’initiative d’une bande dessinée « Pressions, impressions » sur l’homophobie au travail. L’histoire se déroule au sein d’une imprimerie. La BD s’adresse en premier lieu au monde du travail (organisations syndicales, RH des secteurs privé et public, médecine du travail) mais également aux relais  (élus, journalistes, bibliothécaires et monde de l’éducation). Dans ce cadre, il est possible de recevoir gratuitement un exemplaire.

Les gender studies pour les nul(-le)s

Si vous vous questionnez sur les enjeux des études de genre sans toutefois bien connaitre le sujet, vous pouvez consulter un article en ligne de la revue Sciences humaines qui explicite la notion. Vous pouvez poursuivre l’exploration en participant au séminaire doctoral des universités Paris 8 et Nanterre qui porte cette année sur le thème « Penser le sexuel entre psychanalyse et études de genre ». Les conférences, organisées les lundis de 18h à 20h par le Laboratoire d’études de genre et de sexualité (CNRS UMR 8238) ont lieu à la bibliothèque la Fondation Robert de Sorbon (entrée libre). Les prochaines séances porteront sur les aspects suivants :

  • Lundi 22 mai  (Séance reportée à une date ultérieure) : Deborah Gutermann, historienne, maîtresse de conferences au département de psychanalyse, Université Paris 8 Vincennes.
  • Lundi 29 mai : Hélène Bonnaud, psychanalyste, auteure d’un ouvrage intitulé “Le Corps pris au mot” (Paris, Navarin/ Le Champ freudien, 2015). Elle nous parlera de la conception de la famille chez Lacan.
  • Lundi 19 juin : Maria Paz Rodriguez. Titre d’intervention : « l’avenir de la psychanalyse est-il queer ? »

Une boîte à outils pour mieux accueillir en bibliothèque les jeunes sans domicile fixe LGBTQ

Julie Winkelstein, docteure en Sciences de l’Information et membre du groupe IFLA LGBTQ Users, a réalisé une boîte à outils pour mieux accueillir en bibliothèque les jeunes LGBTQ  devenus SDF  (en anglais) : Libraries as Allies A Beginner’s Guide for Libraries: Welcoming and Supporting Unaccompanied LGBTQ+ Youth Experiencing Homelessness.

On y trouve des éléments intéressants sur les actions à mener (Cf. la section « What Your Library Can Do ») et des liens vers des ressources (cf. la rubrique « A Small Selection of Recommended Resources ») : de quoi inspirer les bibliothécaires français.es…

Une nouvelle revue : le Journal of Critical Library and Information Studies

La parution d’un nouveau titre dans le monde des publications scientifiques est souvent un événement fort. Quand un tel titre porte sur les sciences de l’information et des bibliothèques, c’est toute notre communauté qui est concernée.

Depuis 2017, c’est le cas du Journal of Critical Library and Information Studies, dont l’arrivée en dit beaucoup sur l’évolution de nos pratiques professionnelles. Les contributeurs et contributrices de cette revue en libre accès traitent des sciences de l’information et des bibliothèques en tant que Critical Librarians. Mais de quoi parle-t-on ?

Qui sont les Critical Librarians ?

Figurine de Lego soldat révolutionnaire

Lire la suite

Au pays des Lego et du design : tour d’horizon rafraîchissant de quelques bibliothèques danoises !

Retour sur les visites effectuées du 19 au 23 mars 2017 à l’occasion d’un voyage professionnel organisé conjointement par les groupes ABF Nord-Pas de Calais et Île de France.

Le “hygge” danois, concept qui fait écho au bien-être, au “cocooning”, n’est pas une légende ! Il n’a pas d’équivalent dans la langue française et se décline dans des lieux aussi différents que les cafés, les bibliothèques et les aéroports !

livre hygge aéroport Copenhague

Co-construction d’espaces confortables, multiculturels et ouverts, confiance réciproque dans les relations interpersonnelles et interprofessionnelles entre usagers, bibliothécaires et citoyens, bibliothécaires “facilitatrices/facilitateurs” qui proposent des services diversifiés et perçoivent les enjeux de l’inclusion numérique : voici quelques-uns des atouts des bibliothèques visitées !

Notre périple nous a menés de la bibliothèque municipale (BM) de Copenhague à Aarhus (BM Dokk1, bibliothèque universitaire), en passant par la BM d’Herning, avant de clore ce chouette séjour par la visite du Diamant Noir, la Bibliothèque Nationale et Royale de Copenhague.

En préambule, il est important de souligner la visibilité des bibliothèques municipales (BM) danoises grâce à la loi instaurée en 1920 qui garantit la création d’une BM dans chaque ville. Pour mémoire, un tel principe n’existe pas dans la législation française.

Lire la suite

Littérature et banlieue #4 – Les anges s’habillent en caillera de Rachid Santaki

Nouveau volet pour notre cycle d’articles en vue de la rencontre « Littérature et périphéries », avec Rachid Santaki.

Rachid Santaki est un auteur de polars, mais pas seulement. Fondateur d’un magazine gratuit sur le hip-hop (5Styles), il mène depuis quelques années le projet « La dictée des Cités » avec Abdellah Boudour. Viscéralement attaché à la Seine-Saint-Denis, il en offre dans ses publications un portrait incisif et sans concessions, avec des personnages dont la violence n’a d’égale que l’attachement (à soi, aux autres, au biz …). Ses titres de polars, aux accents de culture populaire remixée version 9-3, montrent l’inscription de ses histoires dans notre société d’aujourd’hui.

Difficile de choisir un titre en particulier, mais c’est finalement avec « les anges s’habillent en caillera » que nous allons voyager aujourd’hui.

« Les anges s’habillent en caillera » est paru en 2011 aux éditions Moisson Rouge – et nous dresse un portrait pas flatteur du tout d’Illyes, dit Le Marseillais. 18 mois de prison pour vol avec violence n’ont pas du tout apaisé ce jeune voleur, qui n’a que deux idées en tête (pas incompatibles d’ailleurs) : reprendre le business d’avant la prison, ET se venger de celui qui l’y a amené. Et parce que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, Ilyes va croiser toute une galerie de personnages aux destins sombres, comme Stéphane, flic ripou ; les copains de la cité …

Malgré ce CV peu enviable, Rachid Santaki, avec sa verve et son style littéraire réaliste, au débit des meilleures chansons de rap, arrive à rendre Ilyes attachant. Nous plongeons la tête la première dans ses histoires avec l’envie, même le besoin, de savoir comment il se sort de ce marasme (surtout en ayant eu un aperçu de son parcours criminel d’avant …). À noter, l’auteur a intégré dans le texte des extraits d’articles de presse, qui ont été réellement publiés.

Extrait (en tout début de roman) :

« L’implantation du Stade de France à Saint-Denis en 1998 a pemirs aux plus téméraires d’entre nous de faire des thunes. À treize ans, on brisait les vitres des voitures pour arracher les téléphones et les sacs à main. Un gars de chez nous a dérobé une fois une mallette avec quarante mille euros en espèces, sûrement la recette d’un commerce. Il a claqué les sous au quartier en moins de quarante-huit heures en jouant le Robin des Bois de la cité. C’est après ce coup-là que les arrachés se sont multipliés, les voleurs espéraient tomber sur une somme équivalente. J’ai découvert l’argent facile à mon adolescence. »

Vous pourrez rencontrer Rachid Santaki lors du congrès de l’ABF le jeudi 15 juin 2017. Il sera notre invité, avec Kaoutar Harchi et Nadia Tarfaoui, pour une rencontre « Littérature et périphérie », dont nous vous parlerons très prochainement sur le blog.

Karim Miské

Cette semaine nous invitons nos lectrices et lecteurs à découvrir l’auteur qui a reçu le grand prix de Littérature policière 2012 et le prix Meilleur polar Point : Karim Miské. Il est né en 1964 à Abidjan d’un père mauritanien et d’une mère française. Il grandit à Paris. Il étudia le journalisme à Dakar. Il réalisa des documentaires sur les néo-fondamentalismes religieux monothéistes mais aussi sur la surdité. Les religions et le langage sont présents dans ce roman, son premier roman, dont la langue précise et délicate permet des descriptions subtiles. Tantôt des phrases longues, tantôt des ellipses de mots pour accélérer le récit, Arab Jazz ressemble des fois à de longs solos déchirant de John Coltrane ou à des phrases courtes et incisives de Miles Davis.

Lire la suite

Le meilleur de notre veille #31

Prolongeant la journée internationale de lutte des femmes, nous nous intéresserons dans ce 31ème billet de veille aux actions promouvant l’égalité femme/homme.

Éloge des femmes puissantes sur Gallica

En mars, à travers deux billets consacrés au féminisme, le blog Gallica a mis en valeur les documents de la bibliothèque numérique française sur le thème des « femmes puissantes ».

Lire la suite