Le sexisme dans les livres jeunesse

D’une manière ou d’une autre, les livres jeunesse ont une importance capitale dans la construction de soi. La bibliothèque joue souvent par ce biais le rôle de médiateur : c’est pour cette raison d’ailleurs que certains partis politiques d’extrême droite ou certaines associations de famille demandent régulièrement la censure de livres pour enfants.

Des événements réguliers aux Etats-Unis et en Europe nous rappellent combien la société a conscience de cet enjeu du livre dans l’apprentissage du monde : c’est ainsi aussi que nous « faisons société », pour reprendre la formule de l’édition 2012 des Estivales de l’Enssib.

Politique documentaire et lutte contre le sexisme : quel rapport ?

Les politiques documentaires ne font pas état (n’hésitez pas à me détromper en commentaire) de l’intérêt qu’il y aurait à lutter contre les stéréotypes, et particulièrement le sexisme, à travers les collections proposées. La raison est peut-être qu’il peut être difficile de trouver des livres jeunesses ne véhiculant pas de stéréotypes sexistes : selon une étude de 1997 du docteur en psychologie Anne Dafflon-Novelle (espérons que les choses ont évolué en quinze ans !), la moitié des livres jeunesse racontaient l’histoire d’un héros, et seulement le quart l’histoire d’une héroïne !

Un article récent de Slate analyse bien le problème : l’offre documentaire actuelle fait la part belle aux héros forts qui ne pleurent pas et aux filles bien moins héroïques qui les maternent. Alors que le cadre légal prévoit la lutte contre le sexisme, et ce à « tous les stades de la scolarité », les rayons des libraires, tels ceux des magasins de jouets, affichent toujours une différence de genres et de couleurs bien tranchée (rose pour les filles et bleu pour les garçons).

Pour aider à mieux identifier le problème, l’association Adéquations propose une formation spécifique, adaptée semble-t-il aux personnels des bibliothèques. Cette prise de conscience met en évidence deux aspects : l’offre documentaire, bien que réduite, existe mais cette offre ne sort pas toujours des stéréotypes. On ne se déleste pas aussi facilement du poids de la société sur ces préjugés : il est plus important d’avoir conscience des clichés que de s’acharner à tous les éviter … Mais place aux livres !

Les livres !

Il existe plusieurs bibliographies de livres jeunesse sans sexisme : l’association Adéquations en met une à disposition sur son site Web. De même, l’association lab-elle propose une riche bibliographie de plus de 300 livres, sélectionnés parce qu’ils sont « attentifs aux potentiels féminins », comme l’a relevé Madmoizelle.com. Y sont notamment citées les éditions Thierry Magnier.

Enfin, les éditions Talents Hauts présentées de façon critique et intéressante dans ces carnets d’Hypothèses.org ne publient que des livres jeunesse garantis sans sexisme ! Des livres « pour les filles ET pour les garçons ». Et vous, connaissez-vous des livres jeunesse qui luttent contre les stéréotypes de genre ?

5 réflexions sur “Le sexisme dans les livres jeunesse

  1. Pingback: Le sexisme dans les livres jeunesse | Veille personnelle HB | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s