L’ALA en faveur de l’inclusion : les publics LGBT

Parmi les différentes ressources que propose l’American Library Association (ALA), l’équivalent de l’AbF outre-Atlantique, à ses adhérents, on trouve plusieurs outils facilitant directement l’inclusion de certains usagers.

L’organisation de l’association est très hiérarchique, l’ALA se divisant en plusieurs branches (comme l’ACRL, l’association des bibliothèques universitaires et de recherche), groupes de travail (appelés round tables) auxquels s’inscrire, eux-mêmes se subdivisant ensuite en plusieurs task force et projets spécifiques. Comme souvent, les travaux portant sur l’inclusion sont répartis à différents niveaux, voire apparaissent de manière transversale à plusieurs groupes.

Chaque groupe,  est extrêmement présent sur les réseaux, proposant à la fois un espace Facebook, MySpace, Twitter, mais aussi LinkedIn, Digg, Friendfeed ou StumbleUpon pour les plus présents. Une lettre de diffusion est souvent proposée au sein de chaque groupe également.

Le Logo de l’ALA

L’ALA dispose de plusieurs « bureaux » qui ne regroupent pas de membres en tant que tel mais dont les thématiques se veulent plus transversales. On trouve ainsi, dans les domaines qui nous intéressent des bureaux autour de la diversité (Office for Diversity), la liberté de pensée (Office for Intellectual Freedom), le bureau pour les services de proximité (Office for Literacy and Outreach Services)…

Actions s’intéressant aux publics LGBT

Ainsi en est-il, par exemple, pour les publics homosexuels et transgenres. Pour aider les professionnels à travailler en direction des usagers Lesbiennes, Gay, Bi et Trans-, plusieurs groupes et projets identifiés se sont constitués : c’est le cas par exemple du Gay, Lesbian, Bisexual, and Transgender Round Table (GLBTRT), un groupe de travail qui se propose de répondre aux besoins informationnels des communautés LGBT et encourage un accès libre et égal aux ressources. A ce sujet, l’engagement politique de l’association est clair qui définit des orientations telles que :

En lien avec le bureau pour la liberté de pensée (Office for Intellectual Freedom), ce groupe propose également une boîte à outils à destination des professionnels reprenant les déclarations de principes et les valeurs éthiques justifiant la présence de collections à destination des publics homosexuels et transgenres, une procédure à suivre en cas de problèmes, des bibliographies et des webographies pour compléter ses collections (l’homophobie et son impact sur les élèves, la littérature LGBT à l’école, littératures évoquant l’homosexualité…). On trouve également une liste de ressources pour lutter contre le harcèlement dont sont parfois victimes les enfants dans les établissements scolaires et qui est pris extrêmement au sérieux aux États-Unis (le bullying est illégal) suite à plusieurs vagues de suicides qui ont eut lieu ces derniers années. Du coup, le fait que l’ALA se positionne de ce point de vue apparaît d’autant plus fort.

Voir aussi cette page du bureau pour les services de proximité concernant les publics LGBT.

Les bibliographies, proposées par le GLBTRT précédemment cité, sont rangées soit par thématique (hate crime, holocaust, gay teens, LGBT Issues in Race and Diversity (2007), transgender and intersex), soit par catégorie de public, en fonction de l’âge. On est alors redirigé vers le projet Rainbow Book List, mené en lien avec un autre groupe de travail de l’ALA : Social Responsibilities Round Table (SRRT). Cet autre groupe de travail réfléchit à l’impact et à la nécessaire implication des bibliothèques dans la société et propose des groupes de réflexion sur l’environnement, les sans-abri et la pauvreté, les « responsabilités internationales », le féminisme, les LGBT ou le multiculturalisme.  Quant au Rainbow book list (cf. aussi), il s’agit d’une bibliographie annuelle annotée d’ouvrages pour les enfants et les adolescents ayant un contenu LGBT significatif. Les recensions sont publiées dans un blog spécifique intitulé « GLBRT reviews« .

Comme souvent, outre-atlantique, le groupe de travail décerne aussi un prix, en l’occurrence le Stonewall Book Award, qui récompense depuis 1971 un roman, un documentaire et un livre jeunesse publié l’année précédente (la remise du prix a lieu en janvier) et dont le contenu concerne les LGBT. Le site parle de « exceptional merit relating to the gay/lesbian/bisexual/transgender experience ». Il se manifeste par la remise d’une plaque commémorative et d’un prix de 1.000 USD ce qui n’est pas rien.

Le GLBRT est très présent sur les réseaux sociaux et propose un compte del.icio.us, et des comptes  un compte Facebook, LibraryThing, MySpace, ou Twitter. Il propose également une lettre de diffusion.

Notons enfin l’existence d’un groupe « Gay Librarians » sur le réseau Facebook.

Publicités

2 réflexions sur “L’ALA en faveur de l’inclusion : les publics LGBT

  1. Pingback: L’ALA en faveur de l’inclusion : questions de genre et multiculturalisme « Légothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s