L’ALA en faveur de l’inclusion : questions de genre et multiculturalisme

Outre-Atlantique, les bibliothèques s’intéressent beaucoup aux différents publics qu’elles desservent, jusqu’à identifier des groupes ou des communautés et, partant, espérer répondre de manière ouverte, raisonnée, précise et adaptée à leurs besoins spécifiques. C’est le cas des publics LGBT comme nous l’avons vu récemment. La bibliothèque prône la diversité de ses collections, animations, de son accueil même et favorise l’inclusion de tous.

En plus des différents « bureaux » thématiques (rappelons celui vigilent sur la diversité (Office for Diversity), celui sur la liberté de pensée (Office for Intellectual Freedom), celui sur le bureau pour les services de proximité (Office for Literacy and Outreach Services)), certains groupes de travail réfléchissent notamment aux questions de genre et au multiculturalisme, pour reprendre les thèmes de Légothèque.

1. Actions s’intéressant aux femmes

Dans le Social Responsibilities Round Table (SRRT), un groupe portant sur la nécessaire implication des bibliothèques dans la société, se trouve ainsi un Feminist Task Force s’attaquant depuis 1970 aux questions liées au sexisme en bibliothèque. Ceprojet recoupe des considérations tant à destination des professionnels (droit des femmes avec le Comité sur le statut des femmes en bibliothèque, égalité de rémunération,… ) que liées aux services et aux collections.

En ce qui concerne les collections justement, on peut évoquer le Women & Gender Studies Section , une section de l’association des bibliothèques universitaires et de recherche (ACRL), à l’origine de conférences, actions de sensibilisation, valorisation de ressources et bibliographies thématiques parmi lesquelles le projet Amélia Bloomer qui, comme le Rainbow Project pour les collections LGBT, se veut une sélection d’ouvrage annuelle de titres soulignant les questions auxquelles sont confrontées les femmes aujourd’hui.

Logo du WGSS

Notons, enfin, l’existence d’un groupe de discussion réservé aux femmes responsables d’équipement au sein du LLAMA (Library Leadership & Management Association).

2. Actions s’intéressant au multiculturalisme

Tout récemment, le 30 octobre dernier, l’ACRL vient de publier un manifeste sur le besoin en compétences culturelles dans les bibliothèques universitaires. Il s’agit, dans ce document intitulé « Diversity Standards: Cultural Competency for Academic Libraries », de favoriser la mise en place de services de qualité en direction des l’incroyable diversité des publics desservis.

These new standards will enable academic librarians to excel in helping their college or university to achieve excellence in serving multicultural constituencies,” affirme Steven J. Bell, le président de l’association.

L’ensemble de ces dispositions est accessible en ligne et propose 11 normes à mettre en œuvre :

  • Standard 1. Cultural awareness of self and others (reconnaître l’importance d’une approche multiculturelle)
  • Standard 2. Cross-cultural knowledge and skills (se former pour comprendre l’histoire, les traditinos, les valeurs des communautés culturelles desservies)
  • Standard 3. Organizational and professional values (développer des compétences professionnelles spécifiques liées compétences culturelles)
  • Standard 4. Development of collections, programs, and services (proposer des collections et des services en faveur de l’inclusion)
  • Standard 5. Service delivery (la production de service doit se faire de manière compétente et appropriée en function des différentes communautés culturelles desservies)
  • Standard 6. Language diversity (les bibliothécaires doivent travailler à promouvoir la diversité culturelle et favoriser l’inclusion en banissant toute discrimination basée sur la langue utilisée)
  • Standard 7. Workforce diversity (les recrutements doivent favoriser l’expression de la diversité au sein de la profession)
  • Standard 8. Organizational dynamics (une dynamique managériale doit être à l’oeuvre pour faciliter l’exercice des competences culturelles)
  • Standard 9. Cross-cultural leadership (les responsables doivent soutenir et encourager toute initiative en faveur de développement de compétences culturelles ; encourager leurs collègues venus de différentes origines culturelles ; montrer à tous qu’ils se sentent concernés)
  • Standard 10. Professional education and continuous learning (les professionnels doivent suivre des stages de formation favorisant la prise en compte des compétences culturelles au sein de la profession)
  • Standard 11. Research (la Recherche doit être inclusive et respectueuse de modes de pensée non-occidentaux)

Plus largement, la question de la Diversité est considéré comme une valeur clef au sein de l’association qui met en place nombres d’actions et d’initiatives pour promouvoir cette diversité que ce soit au sein de programmes ou des bureaux comme indiqué plus haut comme celui sur les services de proximités qui évoque également les différentes communautés (services to people of color) avec notamment  la liste des différentes politiques de l’ALA sur le sujet :

Signalons enfin un groupe intitulé Ethnic & Multicultural Information Exchange RT (EMIERT). Ce dernier essaie de promouvoir la mise en place de services, de collections et d’animations à destination de communautés particulières et se veut un espace d’échange entre les professionnels.

Logo EMIERT
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s