Immigration et politiques culturelles

Angéline Escafré-Dublet. Immigration et politiques culturelles. La documentation française, 2014.

« Les politiques culturelles en direction des publics immigrés ont la particularité de ne pas toujours avoir été mises en oeuvre par le ministère de la Culture mais plutôt par l’administration des Affaires sociales, ce qui explique pourquoi la question des cultures immigrées est apparue d’abord comme une question sociale. »

Ainsi débute cet ouvrage de poche (70 p.) dont l’apport est considérable.

Autant on peut connaître assez facilement l’histoire de la politique culturelle française, de la démocratisation culturelle puis de la démocratie culturelle, autant nos connaissances sur la culture en lien avec l’immigration sont réduites, et polluées par les prises de positions purement idéologiques. Angéline Escafré-Dublet fait preuve de pédagogie et fait le lien entre ces deux pans de nos connaissances, en vulgarisant la question.

Le parcours est chronologique : « 1959-1974 : les cultures immigrées oubliées » : la première période est marquée par la décolonisation, et fut le moment du renforcement de la vision universaliste de l’art, se défiant de l’amateurisme et du folklore (en visant toutes cultures représentatives d’un groupe). D’anciens administrateurs de colonies sont à des postes importants au ministère de la Culture et l’adaptation culturelle est laissée aux acteurs sociaux.

« 1974-1981 : l’invention d’une politique culturelle adaptée » : avec la crise économique, le regard porté sur les immigrés se politise. Le secrétariat d’Etat aux Travailleurs immigrés engage une politique culturelle pour garantir aux pays d’émigration un accueil de qualité de leurs populations et pour favoriser le futur « retour au pays ». Le ministère de la Culture ne s’investit pas dans ces démarches de coopération. L’émission de télévision emblématique Mosaïque (1976-1986) est créée à cette époque (la couverture du livre fait référence à cette émission). 

« depuis 1981 : les politiques culturelles au service de l’intégration » : une lecture culturelle et non plus seulement sociale de l’immigration émerge.  La notion de pluralité des cultures est introduite au ministère en 1982, assortie d’une nouvelle liberté d’association pour les immigrés. Au cours des années 1980, la fonction sociale de la culture est mise en avant et éloigne, par là-même « durablement l’immigration des préoccupations du ministère de la Culture. »

L’auteure poursuit son analyse jusqu’à aujourd’hui, et toutes les formes d’expression culturelles (télévision, radio, théâtre, expositions…) sont détaillées au fil de la chronologie ; chacun pourra resituer ses propres souvenirs dans le fil des événements.

En fin d’ouvrage, après la bibliographie, deux lieux ressources parisiens sont signalés : le centre de documentation de la délégation au développement et aux affaires internationales du ministère de la Culture (DDAI), la médiathèque Abdelmalek-Sayad (Musée de l’histoire de l’immigration).

Thierry Fouillet

Immigration et politiques culturelles

Publicités

Une réflexion sur “Immigration et politiques culturelles

  1. Pingback: Immigration et politiques culturelles | CCME

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s