Le meilleur de notre veille #21

Voici le 21e n° du « Meilleur de notre veille ». Egalité, fraternité, solidarité, laïcité, pourrait en être le titre. Ne reste plus qu’à inventer le pays qui va avec ? C’est en cours quelque part en Europe de l’ouest. Dans un petit village breton ? Pas seulement…

  • Au Québec aussi. Y’a quoi voir le projet du Centre filles de la YWCA Québec : sélectionner « 200 livres aux histoires tantôt drôles, tantôt tristes, parfois rocambolesques, faisant la promotion de modèles et de comportements égalitaires chez les 0–12 ans ». Dans le but de « favoriser des représentations d’enfants non-stéréotypées, et, du même coup, participer à la construction d’un monde plus égalitaire et inclusif ». Le titre de ce projet est coloré et pertinent : kaléidoscope. Son slogant est une invitation : « Osez un monde inclusif où chaque enfant peut être lui-même« .

Kaléidoscope

 

  • A l’ADRIC ensuite. « L’agence de développement des relations interculturelles pour la citoyenneté (ADRIC) est une association loi 1901, admise d’intérêt général. Elle a pour but de mieux faire connaître, de développer et de promouvoir la citoyenneté, l’égalité, la liberté et la laïcité en prenant en compte la dimension interculturelle de la société. Elle contribue à la lutte contre les violences, le racisme et les discriminations (liées au sexe, à l’orientation sexuelle, à l’origine, au milieu social, aux convictions et aux croyances) par l’accompagnement formatif des acteurs locaux et nationaux afin d’optimiser leur capacité d’observation et d’intervention auprès de divers publics. » Quatre compétences mises en oeuvre par l’ADRIC : sensibilisation, formation, études et diagnostiques, capitalisations des savoirs.

Téléchargez ici la plaquette de l'ADRIC!

Nous attirons tout particulièrement votre attention sur la nouvelle offre de formation tournée vers l’accompagnement des publics dans un contexte interculturel.

  • Au magazine 50/50 : le magazine de l’égalité femmes / hommes. A l’occasion du 8 mars, des associations féministes ont publié un petit lexique de 10 expressions à bannir. Extraits :
    • Journée internationale DES DROITS DES femmes / et non 8 mars : journée internationale de la femme.
    • Dire Droits humains et non Droits de l’Homme
    • Dire foot masculin et foot féminin / et non foot et foot féminin
    • Dire meurtre (machiste) / et non à Drame/crime passionnel
    • Dire Féminicide (recommandation du Rapport Crozon adoptée par la Délégation aux droits des femmes le 17/02/2016) / et non à Meurtre d’une femme

50 / 50

  • Aux Inrocks, qui reprenne un article de Slate (qui a repris un article du Whasington Post). « Il est de notoriété publique que les dessins-animés Disney ont longtemps représenté la femme sous l’aspect d’une princesse dont la vie se résume globalement à attendre son prince charmant. Autant dire qu’ils n’atteignent pas en la matière des summum de modernité. Mais plus profondément, que disent les dialogues Disney sur l’image des femmes ? Deux linguistes, Carmen Fought et Karen Eisenhauer, se sont penchées sur la questions. Les deux chercheuses remarquent que les compliments adressés aux femmes dans les Disney concernaient majoritairement leur beauté dans la période classique, alors que maintenant ils concernent leur réussite et leurs qualités. » Est-ce dû à une prise de conscience masculine ? Pas vraiment ou pas seulement : « cette tendance tient en partie évidemment à l’évolution de la société mais aussi à la féminisation des métiers de scénariste, producteur et réalisateur. » A suivre, donc.
  • Aux Etats-Unis aussi depuis la publication de Between the world and me, livre de Ta-Nehisi Coates. Qui est-il ? « Un journaliste afro-américain, la quarantaine, né à Baltimore sur la côte Est des Etats-Unis, chroniqueur pour The Atlantic ». Quel est le sujet de son livre ? « Une dénonciation cinglante de la société américaine construite sur l’exploitation et la discrimination des Noirs. Un ouvrage puissant comme un uppercut, presque aussitôt traduit en France sous le titre « Une colère noire », et publié par les éditions Autrement ». (Citations extraites sur le site de France culture.)

  • A Tribulles enfin, très en colère aussi : « Le Ministère de l’enseignement vient de signer un partenariat avec Amazon, groupe qui se fait fort de ne pas payer ses impôts en France, en apportant un fonds d’argent public pour connecter les supports pédagogiques et scolaires directement aux universités, aux écoles, aux profs, aux élèves sous supports numériques et ouvrant ainsi une hégémonie et une suprématie du groupe sur l’édition et la distribution des connaissances. » Tribulles du 18/03/2016, la lettre info de Canalbd. Le même Amazon qui censure des couvertures de livres : l’Origine du monde, The Wanderess.
Advertisements

Une réflexion sur “Le meilleur de notre veille #21

  1. Pingback: Pause estivale | Légothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s