Retour sur le 62e congrès de l’ABF

Placé sur le signe de l’innovation, le 62e congrès de l’Association des Bibliothécaires de France a largement tenu ses promesses, que ce soit sur le fond comme sur la forme. Plusieurs ateliers ont, en effet, cassé l’habituelle succession d’interventions en tribune suivies de questions de la salle pour proposer des modes d’échanges plus riches et plus actifs. Ainsi, les participants et les participantes ont été appelé-es à utiliser les méthodes de design thinking pour tenter de cerner ce que pourrait être le futur technologique des bibliothèques ou la place qu’une attitude « militante » (en faveur des communs, des logiciels libres ou des technologies ouvertes) dans des institutions comme les bibliothèques. Comme l’a formulé le nouveau président de l’association, Xavier Galaup, il semble que « les bibliothécaires doivent assumer leur schizophrénie » et être à la fois militant-es et loyaux et loyales à leur institution en informant le public de façon équilibré et en promouvant de façon ouverte les pratiques conformes à certaines valeurs.

affiche_congres2016

Une rencontre informelle autour des « Bibliothèques Debout » a permis d’approfondir cette discussion puisque de nombreux professionnels et de nombreuses professionnelles des bibliothèques participent à l’animation de ces espaces militants hors institution. A travers ces expériences de bibliothèques totalement participatives et informelles, c’est finalement l’idée même de bibliothèque qui semble avoir été réinterrogée : et si, au fond, une bibliothèque était moins un lieu et une collection qu’une communauté et une dynamique de partage de communs ? Dans cette perspective, la bibliothécaire ou le bibliothécaire serait principalement une animatrice et un animateur de la communauté des usagers et les garant-es du respect des règles définies en commun. On serait alors dans une sorte de « lâcher prise » des professionnel-les qui accepteraient un fonctionnement authentiquement participatif et démocratique. Nous aurons certainement l’occasion de revenir ici sur cette discussion particulièrement stimulante sur le respect de la diversité des usagers et la construction collective de bibliothèques multiples et ouvertes.

Afficher l'image d'origine

Image de Lionel Maurel, juriste & bibliothécaire
@Calimaq
https://scinfolex.com/

Enfin, cette question de la dimension militante des nouvelles pratiques en bibliothèque a également été au cœur des différents ateliers sur « les sujets qui fâchent », dont celui sur les crises humanitaires proposé par Légothèque et sur lequel nous aurons l’occasion de revenir ici prochainement. Comment les bibliothèques se positionnent-elles par rapport à l’offre de livres numériques ? Quelles relations entretiennent les bibliothécaires avec les élu-es ? Si les questions ne sont pas totalement inédites, plusieurs réponses ont montré comment notre profession ne cesse de s’interroger sur ses valeurs et sur ses pratiques et, surtout, ne cesse de se réinventer et d’innover pour toujours accompagner la société dans ces changements.

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

Une réflexion sur “Retour sur le 62e congrès de l’ABF

  1. Pingback: Pause estivale | Légothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s