Le congrès IFLA 2017

Cette année, le congrès international de l’IFLA 2017 se déroulait à Wroclaw, en Pologne, une ville particulièrement dynamique puisqu’après avoir été nommée capitale européenne de la culture en 2016, elle accueillait en juillet dernier les World Games, une compétition sportive rassemblant des disciplines non inscrites aux jeux olympiques et donc, l’IFLA du 19 au 25 août.

Outre qu’il permet de rencontrer et de partager avec des collègues du monde entier, ce congrès est l’occasion également de construire et participer aux groupes de travail sur nos thèmes de prédilection. Parmi ces derniers, ceux qui suivent ce blog savent que nous nous impliquons notamment dans les travaux de la section autour du Multiculturalisme, suivons le SIG Women, Information and Libraries et participons au SIG LGBTQ Users.

35006824856_44bbaedba9_z

Le SIG LGBTQ Users organisait le lundi 25 août une conférence autour de la notion de l’intersectionnalité et du rapprochement des luttes : « Intersectionality: Libraries at the intersection of community identities« . Nous avons donc eu le plaisir d’écouter une intervention vraiment passionnante autour des modalités de renseignements sur la santé sexuelle que les centres de documentation et bibliothèques peuvent apporter aux publics sourds : Intersectional and intermodal: Making sexual health information accessible to LGBTQ+ Deaf people. Je vous en recommande la lecture. Ensuite, il s’est agi d’explorer la façon dont nos établissements pouvaient reconnaître et travailler avec le public trans à partir de deux interventions, la première sur l’importance de la mise en place de toilettes mixtes aux États-Unis (Libraries and Gender Neutral / Inclusive Bathrooms: Case Studies on Promoting Information, Inclusivity and Access in Open Spaces), la seconde sur le travail mené au Canada autour des archives trans et des liens que des bibliothèques universitaires mènent avec ces communautés (Becoming a Trans Ally: Social Justice Work through Libraries and Archives).  Enfin, la conférence s’est intéressée à la question des archives LGBTQ à travers des exemples américains (Education, GIS Mapping and Portals of Knowledge: Archival Strategies and Perspectives from ONE Archives), russe, est-européens (Contemporary Art and Alternative Queer Archival Strategies in Central and Eastern Europe) avec un focus hongrois (The efforts and plans of Hungarian LGBTQ archives). La soirée conviviale organisée dans un bar de la ville le mercredi 23 fut également un succès puisqu’elle a rassemblée pas moins d’une vingtaine de collègues.

De nombreuses interventions ont porté sur les questions de multiculturalisme avec un focus dès le premier jour du Congrès autour du rôle des bibliothèques en période de crise : « Libraries in Times of Crisis: Historical Perspectives » (Library History Special Interest Group). La question des populations indigènes a été largement débattues, que ce soit via la signalisation des ressources, le soutien que les bibliothèques peuvent apporter aux communautés indigènes (Indigenous Continuity: how do you show your solidarity? – Indigenous Matters) ou immigrées avec la volonté de mettre en place une boîte à outils élaborée à partir d’exemples issus de plusieurs pays dans le monde (Multicultural Library Manifesto Toolkit – Case Studies and Illustrations from a Global Perspective – Library Services for Multicultural Populations ; la liste des interventions est disponible sur le planning en ligne en date du mardi 22 matin).

L’inclusion d’ailleurs fut à l’honneur d’un article de la revue American Libraries, qui est heureusement revenu sur le traitement de cette question, en restituant avec justesse les propos des interventions aux différentes sessions.

Le SIG Women, Information and libraries, quant à lui, a été particulièrement actif en proposant une non-conférence sur le thème de la solidarité, « Solidarity in action: how we answer the call« . La non-conférence ne prévoit pas de thème en amont, mais laisse les participants choisir eux-mêmes les thématiques sur lesquelles ils souhaiteraient discuter puis organise les échanges et les réflexions.
Auparavant, le groupe a animé une rencontre-satellite sur la situation des femmes en situation de conflit et la façon dont les établissements pouvaient identifier leurs besoins informationnels et conserver ensuite leurs histoires.

Capture

D’autres conférences portaient sur la redéfinition du rôle, notamment social, des bibliothèques, sur la question de l’inclusion, des bibliothèques vivantes. Plus largement, le congrès a abordé nombres de thématiques autour de l’Agenda 2030 de l’ONU, du mouvement de l’Open Access et de la question des Fake News, ou la gestion du changement.

Pour rappel, l’ensemble des interventions est destiné à alimenter la bibliothèque numérique de l’IFLA à l’adresse : http://library.ifla.org/. Le congrès était livetwitté avec le hashtag #WLIC2017 et accessible sur une page Facebook dédiée vous permettant de retrouver les principaux événements et informations de ce congrès.

Cliquez sur le logo pour voir une vidéo de résumé du congrès de cette année.

web-version-large_522-1831

Publicités

Une réflexion sur “Le congrès IFLA 2017

  1. Pingback: Le meilleur de notre veille #34 | Légothèque

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s