Egale à égal #2: « Les métiers ont-ils un sexe ? », de Françoise Vouillot

 

Second titre à rejoindre notre recension Egale à égal: « Les métiers ont-ils un sexe ? », ou comment les stéréotypes sexués de l’orientation – scolaire et professionnelle – véhiculent les inégalités professionnelles. Comment les normes sociales, qui assignent des rôles « naturels », impactent-elles la mixité professionnelle ?

métiers

Une discrimination double

Si les femmes représentent 12% de la population active, il n’en demeure que seuls 12% des emplois sont réellement mixtes. Le monde du travail présente même une double discrimination :

  • hommes et femmes ne partagent pas les mêmes secteurs professionnels
  • les catégories socio-professionnelles sont inégalement réparties: l’encadrement pour les hommes, les professions intermédiaires pour les femmes

Si  la tendance est à une évolution positive de la mixité, celle-ci s’illustre principalement dans les professions intermédiaires. Cette discrimination se répercute également doublement :

  • les salaires : 25% . C’est l’écart de rémunération moyen, dans le secteur privé, entre les femmes et les hommes
  • les freins invisibles. Le plafond de verre auquel se heurtent les femmes dans l’accession aux postes à hautes responsabilités, à la progression de leur carrière, etc.

 

Le milieu scolaire, un échelon primordial

Le taux de réussite scolaire des filles, toutes filières confondues, est supérieur à celui des garçons. Toutefois, là encore, la discrimination est double:

  • la filière professionnelle est fortement sexuée. Pourtant, la mixité est présente, mais fortement divisée. 68% des filles s’orientent vers les métiers de services; 84% des garçons s’orientent, eux, vers les métiers de la production.
  • le filière générale demeure une affaire de filles.

 

Mars & Vénus: mais bien sûr…

Cet ouvrage démonte, lui aussi, les préjugés les plus forts et montre les leviers du changement.

La spécialisation  des hommes et des femmes sur des savoirs et des compétences professionnelles spécifiques n’est pas rationnelle. Elle se justifie d’autant moins que la mixité des métiers est non seulement porteuse d’égalité, mais elle est aussi nécessaire au développement économique et social »    F.Vouillot

 

Pour aller plus loin:

L’orientation des jeunes – questions à Françoise Vouillot

Rapport « Parité en entreprise » – 2016

Formation à l’égalité filles-garçons: faire des personnels enseignants et d’éducation les moteurs de l’apprentissage et de l’expérience de l’égalité – 2016

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s