Publics empêchés et (re)construction de soi

Le 25 janvier dernier, la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) rendait public les résultats d’une étude du Crédoc intitulée « Lecture publique et publics empêchés ».

Cette publication a également donné lieu à une journée d’étude en association avec l’Abf et la médiathèque Françoise Sagan à Paris.

Si au cours de cette journée l’accent a principalement été mis sur l’accès à l’information, il nous semble également intéressant de revenir ici sur certaines des interventions présentées en s’interrogeant sur les questions liées à construction ou à la reconstruction de soi qu’elles pouvaient présenter.

Lire la suite

Publicités

Retours sur l’ALMS LGBTQ : Archives, bibliothèques, Musées et collections spéciales LGBTQ+ [1/2]

par Renaud Chantraine . R. Chantraine débute une thèse en ethnologie à l’Ehess après des études de muséologie à l’école du Louvre. Ses recherches portent sur les questions de sexualité et de genre dans le domaine des musées et du patrimoine.

Pour celles et ceux qui s’intéressent de près aux questions relatives à l’histoire et aux mémoires, aux archives ou plus globalement au patrimoine[1] des minorités sexuelles et de genre, le congrès qui s’est déroulé à Londres du 22 au 24 juin 2016 a été un moment majeur. Son sigle un peu barbare, ALMS LGBTQ+ (traduit par « Archives, bibliothèques, Musées et collections spéciales lesbiennes, gais, bisexuels, trans, queer et + ») reflète d’emblée la grande diversité de communautés ou d’individu.e.s, de professions ou d’activités, de discours et d’enjeux rassemblés dans le cadre de cet événement. Lire la suite

Retour sur le 62e congrès de l’ABF

Placé sur le signe de l’innovation, le 62e congrès de l’Association des Bibliothécaires de France a largement tenu ses promesses, que ce soit sur le fond comme sur la forme. Plusieurs ateliers ont, en effet, cassé l’habituelle succession d’interventions en tribune suivies de questions de la salle pour proposer des modes d’échanges plus riches et plus actifs. Ainsi, les participants et les participantes ont été appelé-es à utiliser les méthodes de design thinking pour tenter de cerner ce que pourrait être le futur technologique des bibliothèques ou la place qu’une attitude « militante » (en faveur des communs, des logiciels libres ou des technologies ouvertes) dans des institutions comme les bibliothèques. Comme l’a formulé le nouveau président de l’association, Xavier Galaup, il semble que « les bibliothécaires doivent assumer leur schizophrénie » et être à la fois militant-es et loyaux et loyales à leur institution en informant le public de façon équilibré et en promouvant de façon ouverte les pratiques conformes à certaines valeurs.

affiche_congres2016

Lire la suite