L’accueil des personnes trans- en bibliothèque

Le 18 juin dernier, constatant que les discriminations envers les personnes transgenres sont encore bien trop nombreuses, le Défenseur des droits a publié une décision-cadre 2020-136 relative au respect de l’identité de genre de ces personnes, adressant 10 recommandations aux pouvoirs publics.

Les recommandations portent sur les domaines de l’état civil, de l’éducation, de l’emploi, de l’accès aux biens et aux services, de la santé, des droits sexuels ou encore de la privation de liberté. L’ensemble de ces recommandations vise à instaurer un climat inclusif, mieux faire connaître et respecter les droits des personnes transgenre. Des éléments avaient déjà été pris, en France, au niveau de l’Enseignement supérieur pour les étudiants transgenre en 2019, et de la Culture signataire en 2018 de la Charte de l’Autre Cercle. Transgender_(Trans)Pride_Library_Logo.png

 

Dans la même optique, l’association américaine ALA vient de publier une déclaration affirmant les droits des personnes transgenre [en], en bibliothèque plus précisément.

Traduction :

CHICAGO – L’American Library Association (ALA), et en particulier son groupe de travail Rainbow RoundTable, est solidaire, sans équivoque et avec force, de son personnel et de ses membres transgenres, des bibliothécaires transgenres, des usagers et usagères transgenres des bibliothèques, des auteurs et autrices transgenres et des membres transgenres des communautés qu’elle sert. En tant qu’organisation engagée dans la justice sociale, l’ALA cherche à soutenir toutes les personnes transgenres, et en particulier celles qui sont vulnérables ou exposées à la discrimination, notamment en accompagnant les besoins et les perspectives spécifiques des personnes transgenres noires, autochtones et de couleur, des personnes transgenres travaillant dans l’industrie du sexe, des migrants et migrantes ainsi que des demandeurs d’asile transgenres, des personnes intersexuées (qui peuvent ou non s’identifier comme trans), des enfants et des jeunes transgenres, des personnes transgenres âgées et des personnes transgenres handicapées.

L’ALA célèbre la récente décision de la Cour suprême reconnaissant l’égalité de toutes et tous sur leur lieu de travail et rejette catégoriquement toute déclaration et action visant à invalider, nuire, effacer et opprimer l’identité et la vie des personnes transgenres.

L’équité, la diversité et l’inclusion font partie intégrante du travail de l’ALA. La discrimination fondée sur l’identité ou l’expression du genre est néfaste pour le bien-être des enfants, des familles et de la société. Les bibliothèques doivent affirmer et soutenir activement la sécurité et les droits des personnes transgenres.

L’ALA condamne la violence contre les transgenres et rend hommage à la vie des personnes transgenres assassinées en raison de leur identité. L’ALA déplore les récentes morts de Jayne Thompson, Riah Milton, Dominique « Rem’mie » Fells, Tony McDade, Nina Pop, Penélope Díaz Ramírez, Layla Pelaez Sánchez, Serena Angelique Velázquez Ramos, Johanna Metzger, Lexi, Monika Diamond, Yampi Méndez Arocho, Neulisa Luciano Ruiz et Dustin Parker.

L’ALA affirme que les diverses expressions de genre, quelle que soit l’identité de genre, et les diverses identités de genre, y compris l’identité non binaires, sont des variations normales et positives de l’expérience humaine.

L’ALA demande à l’ensemble des bibliothécaires et du personnel des bibliothèques ainsi qu’à toutes les parties prenantes des bibliothèques de désigner les personnes transgenres par leurs pronoms et noms déclarés.

L’ALA encourage les responsables et le personnel des bibliothèques à créer des environnements accueillants pour les personnes transgenres, intersexes et de divers genres qui fréquentent nos bibliothèques, en permettant à chacun d’accéder à des équipements, des activités et des programmes qui sont conformes à son identité sexuelle et en offrant, si possible, des options de toilettes neutres pour les personnes qui préfèrent les utiliser ; ainsi que des espaces de dialogue sûrs permettant la libre expression intellectuelle ainsi que la sécurité de tous les membres de la communauté, y compris les personnes transgenres, non binaires et de divers genres.

L’ALA encourage également le personnel des bibliothèques à agir comme allié et défenseur des enfants et des adolescent·e·s de tous les genres et de toutes les orientations sexuelles dans les écoles, notamment en plaidant pour l’inclusion de l’identité de genre, de l’expression de genre et de l’orientation sexuelle dans toutes les politiques pertinentes des commissions scolaires, en particulier les politiques contre le harcèlement et contre les discriminations.

L’ALA invite tous ses membres et organisations membres, de la communauté en bibliothéconomie et des sciences de l’information au sens large comme les institutions de bibliothèques du monde entier à intégrer les droits des personnes transgenres dans leur politiques de travail en faveur d’une justice sociale intersectionnelle et à rechercher activement à travailler avec d’autres parties prenantes ayant un intérêt direct dans la protection des droits des personnes transgenres.

Le texte a été traduit en espagnol et a été repris à son compte par l’Association des bibliothécaires argentin, ABGRA.

Légothèque reprend également ces lignes à son compte et espère mener prochainement un travail plus important autour de l’accueil des personnes trans- dans nos établissements.

transgender-people-welcome

 

Un mois des fiertés LGBT en ligne

Mise à jour du 29/06 : sur son blog, la section de l’IFLA « Continuing Professional Development and Workplace Learning » propose des témoignages et des ressources de bibliothécaires leaders sur les questions LGBT : https://blogs.ifla.org/cpdwl/2020/06/29/pride-month-resources-by-loida-garcia-febo/

xxxxxxxx

En raison du confinement, les animations proposées habituellement en juin à l’occasion des différentes Marches des Fiertés n’ont pas pu se tenir comme prévu, les établissements encore pour beaucoup fermés. C’est encore plus le cas outre-Atlantique qui subit encore de plein fouet la première vague de CoViD-19. Mais ces fermetures n’ont pas empêché les collègues de s’organiser et de proposer ressources et animations en ligne afin de mettre en valeur l’histoire et les cultures des publics LGBT.

trans

En premier lieu, et comme tous les ans, les collègues recensent des collections à thématiques LGBT. Alors qu’on avait auparavant des présentoirs avec titres LGBT, les bibliothécaires vont regrouper et signaler les collections de l’établissement sur une page internet dédiée. Vous retrouvez ainsi des bibliographies en ligne (par exemple à Boston, ou à Chicago) souvent classées en fonction de l’âge des publics, des ressources sonores (Los Angeles propose une discographie ainsi que des podcasts de conférences), voire des vidéos de conférences issues ou non des collections mêmes de la bibliothèque. Les bibliothèques universitaires présentent aussi des ressources dédiées.

Plus largement, c’est l’occasion d’élargir le spectre de ressources en mettant en avant des documents d’archives et d’histoire : ce « pride month » commémore entre autres les émeutes de Stonewall (1969) et les premières Marches se sont donc tenues en 1970, soit il y a tout juste 50 ans. Difficile de passer à côté de cet anniversaire symbolique. C’est ce que tente de valoriser notamment Bibliothèque du Congrès. Au-delà, les bibliothèques américaines et plus largement anglo-saxonnes, en profitent pour rappeler l’histoire des Marches des fiertés et de l’égalité des droits (ici la British Library au Royaume-Uni (dont un article intéressant sur les identités transgenres). Même la célèbre association ALA s’y met qui propose un article sur le sujet dans sa revue mensuelle.

Ces ressources sont alors rassemblées au sein de pages spécifiques qui mettent en avant collections, services et animations spécifiques sur des thématiques LGBT (ici au Canada, là aux États Unis).

Untitled-1-287x300

N’allez pas croire, ensuite, que la fermeture des établissements risque de décourager les collègues de proposer des activités. Vous retrouverez ainsi des ateliers manuels à réaliser chez soi (une couronne aux couleurs de l’arc-en-ciel, un dessert de bonbons arc-en-ciel…) et surtout tout un ensemble d’événements en ligne :

les bibliothèques outre-atlantique proposent ainsi une programmation événementielle sur tout le mois :

La mission de ces Marches demeure, en dépit de restriction liées aux mesures sanitaires : rappeler aux membres des communautés LGBTQI+ et leurs alliés qu’ils ne sont pas seuls, qu’ils font partie d’un mouvement plus large en faveur de l’égalité des droits, et que leurs voix comme celle d’autres groupes marginalisés comptent, cette année particulièrement avec les soulèvements qui ont suivi la mort de George Floyd et d’autres Noirs par la police. Dans les programmes apparaissent ainsi des propositions justement pour rendre plus visibles les personnes noires LGBT et plus largement s’opposer aux persécutions policières, que ces événements soient proposés par les bibliothèques ou par les communautés LGBTQ elles-mêmes, les bibliothèques s’en faisant alors le relai (ici à PIMA ou dans le NY Times), voire comme ici, d’insister sur la situation des indigènes au Canada.

Et puisque la Marche, c’est aussi la fête, plusieurs établissements ont proposé également des moments festifs, des Zoom Dance Parties et des performances en ligne. Les bibliothécaires eux-mêmes ne sont pas en restent qui ont proposé le 06 juin dernier un webinaire festif intitulé « Librarians in QUEERantine » avec au programme :

 

  • Des performances musicales (d’une bibliothécaire lesbienne DJ, si si)
  • Des Performances d’heures du conte narrée par une Drag Queen (Electra Young)
  • Une présentation du travail d’archives Queeriodicals par Meg Metcalfe
  • Un jeu d’enquête
  • Des présentations des groupes LGBT de l’ALA et de l’IFLA.

 

Et vous, qu’avez-vous prévu pour fêter ce mois des fiertés ?

Le meilleur de notre veille #59

838_goliarda_cigarette_archive_sapienza_angelo_pellegrino

Nous vous avons sélectionné le meilleur des podcasts qui ont été mis en ligne pendant le confinement.

– Cinq conférences de Nancy Fraser, Françoise Héritier, Geneviève Fraisse, Rachel Silvera et Véronique Le Goaziou

–  une série de La compagnie des auteurs sur Goliarda Sapienza

–  un épisode sur Une chambre à soi de Virginia Woolf

Et en référence à Woolf, Un podcast à soi pose des questions sur le genre, les féminismes et l’égalité femmes-hommes, en treize épisodes (pour le moment !)

 

Netflix propose en ce moment un documentaire sur une librairie LGBT à Los Angeles, Circus of Books.

5113364

via allocine.fr

Et enfin, venez découvrir le blog Egalitaria, un blog pour penser le féminisme !

À la semaine prochaine !

« Le racisme n’a pas sa place dans la société que les bibliothèques s’efforcent de construire » G. Leitner

Le 5 juin dernier, dans une déclaration conjointe, la Présidente de l’IFLA, Christine Mackenzie, et son Secrétaire général, Gerald Leitner, réaffirment la lutte contre le racisme et plus largement le respect des droits humains, comme l’une des valeurs fondamentales de notre profession.

Vous trouverez ci-après la traduction de ce texte.

black_square_1-755x472


En réponse au décès de George Floyd et d’autres personnes dans le monde, la présidente de l’IFLA, Christine Mackenzie, et le secrétaire général, Gerald Leitner, ont fait la déclaration suivante.

L’IFLA condamne toutes les formes de racisme comme fondamentalement contraires à la fois aux droits de l’homme et aux valeurs de notre profession.

Les bibliothèques sont des institutions dont la mission est d’améliorer la vie des individus et des communautés qu’elles desservent. Elles le font non seulement en rejetant toute forme de discrimination, mais également en promouvant activement l’inclusion, en donnant à chacun une opportunité significative de faire valoir ses droits à l’information, la culture, l’information et la science. La discrimination raciale et la violence raciale – plus récemment dans le cas de George Floyd, mais aussi dans le monde entier – n’ont pas leur place dans la société que nous souhaitons construire.

En tant qu’organisation internationale, l’IFLA est déterminée à permettre à tous de s’engager et de bénéficier de nos activités, quels que soient leur nationalité, leur handicap, leur origine ethnique, leur genre, leur localisation géographique, leur langue, leur philosophie politique, leur race ou leur religion.

À travers les Manifestes IFLA-UNESCO sur les bibliothèques publiques et scolaires, ainsi que la Déclaration sur les bibliothèques et la liberté intellectuelle, ces mêmes valeurs s’appliquent au travail de nos institutions. Comme souligné dans le Manifeste sur la bibliothèque multiculturelle, cela nécessite un effort conscient et significatif pour solliciter, comprendre et refléter les besoins de tous les membres des communautés que nous servons dans nos collections, nos pratiques et notre personnel. De plus, nous avons le devoir d’être des acteurs proactifs de l’inclusion dans une société plus large.

Aux côtés de nos collègues de l’American Library Association, de l’Australian Library and Information Association et d’ailleurs, nous sommes donc solidaires de ceux qui sont victimes de discrimination raciale à l’intérieur et à l’extérieur de notre domaine. Ce faisant, nous continuerons à promouvoir une bibliothèque et des services d’information œuvrant en faveur d’une société meilleure pour tous.

Christine Mackenzie
Présidente de l’IFLA 2019-2021

Gerald Leitner
Secrétaire général de l’IFLA

5 June 2020

 

Accueillir les publics sans discrimination: retour sur la journée d’étude co-organisée par Médiadix (CRFCB) et l’URFIST de Paris – Pôle Métiers du livre

Le 13 mars dernier s’est tenue la journée d’étude « Évolutions sociétales et bibliothèques: quelles responsabilités sociales, éthiques, citoyennes dans la cité ? ». Co-organisée par Médiadix et l’Université de Paris Nanterre, cette journée, qui a réuni une centaine de participant•es, a mis en avant les responsabilités sociales, citoyennes, voire éthiques, pour les bibliothèques, vis-à-vis de la communauté des publics, de tous les publics, habitués, occasionnels, et ceux potentiels.

Invitée à participer, la commission Légothèque est intervenue sur les questions de responsabilités sociales, plus précisément sur l’accueil des publics sans discrimination.

Accueillir les publics sans discrimination

La discrimination est la distinction, l’exclusion, d’une personne ou d’un groupe de personnes, par rapport aux autres citoyen•es.

Si l’on s’accorde aisément sur le fait que discriminer est mal, comment alors développer un accueil et des services inclusifs si l’on ne prend pas la mesure de la diversité des publics, leurs particularités, sans stigmatiser ? Accueillir les publics sans discrimination doit-il être synonyme de neutralité, d’homogénéité (du service public, des offres – culturelle, documentaire, de services) ? Ou, au contraire, développer l’inclusion s’accompagne-t-il d’un engagement plus marqué de la part des professionnel•les ?

Les questionnements en bibliothèque? On connaît.

L’adaptabilité ? On connaît.

Les évolutions sociétales en bibliothèque? On connaît (on subit?).

La considération de ces évolutions a pris de l’ampleur avec la vague « 3e lieu »: les postures d’accueil, les collections, les publics, les services, ec, on sait. Mais, disons-le, ça a tout de même fâché: des tensions entre l’ensemble des acteurs et actrices de nos lieux-bibliothèques: ces fâcheries réunissent tout le monde ! Les équipes (comment manager?), les publics (comment gérer les conflits?), les tutelles (comment appliquer / résister, comment remonter les difficultés, comment visibiliser les actions et les missions ?).

Pour un positionnement de nos équipements dans leur vocation sociale, on peut s’appuyer sur des documents-cadres et s’inspirer d’actions aussi diverses que l’hétérogénéité des publics.

Documents-cadres: des références toujours utiles

Ces textes généraux sont un référentiel et posent de solides bases sur les questions de pluralité, de libertés, de droits et d’inclusion:

  • les libertés: parler, écrire, imprimer, penser; liberté de conscience, liberté de religion
  • des notions, sous une première forme: l’exercice de la citoyenneté, le droit de participer, la diversité, le vivre-ensemble, les droits culturels
  • des considérations naissantes: les identités au cœur de la cohésion sociale; l’identité « maternelle », l’égalité d’accès, les droits culturels, la diversité culturelle

D’autres documents, spécifiques aux bibliothèques, viennent souligner les responsabilités sociales de nos équipements:

Ces textes nous offrent, de façon plus précise et évolutive, les ingrédients nécessaires à la valorisation du rôle social des bibliothèques:

  • de nouvelles notions apparaissent: la formation tout au long de la vie; la censure (de la part des professionnel•les ou « extérieure »); l’interculturalité; l’autonomie des publics; l’inclusion numérique; les savoirs communs
  • de nouvelles considérations: les « publics empêchés »; l’âge des publics; les minorités linguistiques; l’alphabétisation; le pluralisme; l’accessibilité; les services;
  • de nouvelles pratiques professionnelles: la gratuité, garante d’une fréquentation élargie; aller au-devant des publics; un engagement du bibliothécaire, entre  prescription et participation active à la modernisation de l’image des lieux; l’environnement social et citoyen

Le rôle social des bibliothèques entre dans les publications et échanges professionnels; on reconsidère les bibliothèques – lieux d’accès à des ressources plurielles – comme lieux de fréquentation, comme « agora ».

Et en pratique ?

Lire la suite

Coups de cœur – édition bandes dessinées

Le 14 mai dernier, les légothécaires ont partagé leurs coups de cœur en matière des MOOC. Pour ce billet, voici une liste de bandes dessinées coups de cœurs des légothécaires, année de la Bande dessinée oblige, une liste déjà entamée avec des propositions de titres dans nos billets précédents comme celui de décembre dernier sur la Lecture en partage.

Bien sûr, Wikipédia fait ça très bien (ici sur l’homosexualité dans la BD par exemple) ; n’hésitez pas non plus à parcourir la Bibliothèqueer, un site qui propose une sélection de BD (ici, ici et ) ; ou parcourir le blog de certaine librairie ou celui d’instituts spécialisés comme le Musée de l’immigration pour développer vos recherches.

Comme avec nos éditions précédentes, vous êtes cordialement invité·e·s à nous faire part de vos propres coups de cœur, dans les commentaires ci-dessous (et merci à celles et ceux qui l’ont déjà fait ! ) : comics, mangas, bandes dessinées, romans graphiques, webcomics, webtoons… nous sommes preneurs de toutes les bonnes trouvailles que vous pouvez nous offrir et partager !

En attendant, nos légothécaires vous proposent quelques titres qui leur tiennent à cœur :

1. Questions de genre

GRIFFON Élise. Peau neuve. éd. Delcourt, 2015

Des l’expérience d’une séjour d’été dans un espace naturiste bouleverse le rapport d’une adolescente à son corps et aux autres. Beaucoup de subtilité dans cet album original et sans faute pudeur. (PhC)

LAMBDA Sophie. Tant pis pour l’amour. Ou comment j ai survécu à un manipulateur. Delcourt, 2019.

La manipulation au sein d’un couple peut revêtir différentes formes, et il est souvent difficile de réagir face à ce type de comportement de l’intérieur. L’auteure de cette BD est une jeune femme qui a elle-même vécu la spirale infernale d’une relation toxique ; elle analyse avec humour les étapes qui l’ont menée à sa prise de conscience et à sa libération. (Fabienne)

Julie Delporte / Moi aussi, je voulais l’emporter, Éditions Pow Pow, 2017.

Publié pendant le grand mouvement de l’écriture inclusive, l’autrice et la dessinatrice québécoise nous offre un roman graphique qui s’interroge sur la place des femmes dans la société. On voit tout de suite cette interrogation avec son titre qui fait référence à la fameuse règle que le masculin emporte sur le féminin.  (MDM)

 

STRÖMQUIST Liv. La rose la plus rouge s’épanouit. Rackham, 2019.

L’autrice suédoise Liv Strömquist revient avec une nouvelle BD qui interroge les liens entre relations amoureuses et capitalisme tardif. Avec son ton humoristique et incisif, elle analyse brillamment les comportements contemporains face à la passion, à la recherche de l’amour –  concept vendu et revendu par le capitalisme – et à l’engagement émotionnel, dans un véritable essai en BD, toujours sourcé, toujours inclusif. (Mathilde)

MATHIEU Thomas. Les Crocodiles. Le lombard, 2015

une bande dessinée sur le harcèlement de rue et les violences sexuelles, réalisée à partir de témoignages. (TCP)

 

HUSSON Anne-Charlotte et MATHIEU Thomas. Le Féminisme. Le lombard, 2016.

Une bande-dessinée d’introduction au féminisme, à partie de slogans féministes.

2. Identitées LGBTQ+

BIONDI Flavia. Les générations. Glénat, 2020.

Après trois années passées à Milan, Mattéo rentre au pays avec une certaine appréhension. Il faut dire que son départ, provoqué par son coming out et une violente dispute avec son père, ne s’est pas passé de la meilleure des manières. Vivre dans une métropole urbaine a représenté pour le jeune homme un changement radical, une expérience libératrice, loin de l’étroitesse d’esprit de la petite ville où il a grandi. Mais aujourd’hui, Mattéo n’a plus le choix. Sans argent, sans travail, paumé comme tant d’autres millennials de sa génération, il doit rentrer à la maison. Ce retour aux sources sera pour lui l’occasion de se confronter à son passé et à ses peurs, mais aussi de découvrir pas mal de choses sur ses proches… et sur lui-même.

ZUTTION Quentin. Chromatopsie. Ed. Lapin, 2018

une BD LGBT de 11 histoires qui explorent les thématiques du corps, de la métamorphose et des différents types de sexualités en disséquant les sentiments des personnages grâce aux couleurs qui leur correspondent.

LABELLE Sophie, Assignée garçon. https://assigneegarcon.tumblr.com/

Sophie est québécoise, institutrice, et auteure d’une bande dessinée dont elle publie les planches sur son site web Assignée garçon, qui raconte le quotidien de Stéphie, une fille transgenre.

TAGAME Gengoroh. Le mari de mon frère. Ed. Akata.

Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien est perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan, le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter.

3. Interculturalités

JUNG. Couleur de peau : Miel. Quadrants, 2007.

Un superbe récit sur l’identité, l’adoption et la façon dont on peut se construire entre deux cultures, ici coréenne et là belge. Une adoption pas toujours très réussie, contrairement à d’autres enfants.

ALPHONA Adrian, WILSON Willow. Ms Marvel.

Le renouveau de la super-héroïne est incarné par Kamala Khan, jeune pakistanaise musulmane qui prend les traits de Ms. Marvel bien malgré elle. En pleine crise d’adolescence Kamala se pose beaucoup de question notamment sur son identité et la religion.