Le meilleur de notre veille #59

838_goliarda_cigarette_archive_sapienza_angelo_pellegrino

Nous vous avons sélectionné le meilleur des podcasts qui ont été mis en ligne pendant le confinement.

– Cinq conférences de Nancy Fraser, Françoise Héritier, Geneviève Fraisse, Rachel Silvera et Véronique Le Goaziou

–  une série de La compagnie des auteurs sur Goliarda Sapienza

–  un épisode sur Une chambre à soi de Virginia Woolf

Et en référence à Woolf, Un podcast à soi pose des questions sur le genre, les féminismes et l’égalité femmes-hommes, en treize épisodes (pour le moment !)

 

Netflix propose en ce moment un documentaire sur une librairie LGBT à Los Angeles, Circus of Books.

5113364

via allocine.fr

Et enfin, venez découvrir le blog Egalitaria, un blog pour penser le féminisme !

À la semaine prochaine !

Étagères de livres

Rouvrir les bibliothèques pour toutes et pour tous

Comme pour beaucoup d’institutions publiques, les longues semaines de confinement et de fermeture ont été l’occasion pour les bibliothèques de s’interroger sur leur place et leur fonction dans la société. Les associations professionnelles s’en sont largement fait l’écho dans leurs colonnes et se sont retrouvées en première ligne pour construire des propositions et accompagner les établissements dans leur reprise d’activité (cf aussi le site BiblioCovid, séminaire Enssib). En tant que commission de l’AbF réflechissant aux questions de construction de soi, et alors que la réouverture (sous réserve que la sécurité sanitaire des agents et des usagers soit assurée) des bibliothèques publiques est autorisée depuis le 11 mai, la Légothèque souhaite contribuer à la réflexion professionnelle sur les enjeux des services qui vont pouvoir de nouveau être proposés aux publics.

Il s’agit notamment de rappeler l’importance des bibliothèques comme lieu de construction de soi. En Inversant le focus (des services à tout prix) et réfléchissant d’abord aux besoins fondamentaux des usagers. En permettant aux lecteurs et aux lectrices d’accéder dans l’anonymat d’une salle de lecture à des documents portant sur les questions de genre, la santé et la vie sexuelle, la complexité des identités culturelles et religieuses, la construction du racisme ou encore la façon de vivre son handicap, les bibliothèques ont une fonction sociale essentielle. En mettant à portée de main des centaines voire des milliers de documents et de ressources, elles ouvrent des possibilités souvent inaccessibles dans le contexte familial et offrent aux lecteurs et aux lectrices un espace de liberté indispensable. La liberté de découvrir, la liberté de ne pas choisir a priori, la liberté de l’inédit voire de l’interdit. Soit la démocratisation de l’accès à l’information et l’équité informationnelle.

Les dispositifs de “drive” (je réserve un document et je viens le retirer lors d’un créneau horaire déterminé) qui se mettent en place dans le cadre de la réouverture progressive des bibliothèques sont certes une première réponse efficace pour répondre aux besoins informationnels des usagers mais il faut reconnaître qu’ils s’adressent à un public aux choix déjà affirmés et construits, et privent toute une partie des usagers des possibilités (d’anonymat, de découverte…) liées au libre accès des collections.

La mise en espace est un des services qu’offrent les bibliothèques, et construire une offre de service cohérente implique de penser autant l’accès physique aux collections que le seul accès intellectuel aux ressources. En ce sens et dans le respect des normes sanitaires actuellement recommandées, la Légothèque invite les bibliothèques qui le peuvent à rouvrir le plus possible leurs espaces aux publics, à permettre le choix discret en rayon et à veiller à continuer à garantir le respect de la vie privée de leurs usagers. C’est ainsi que les bibliothèques poursuivront pleinement leurs missions de démocratisation de l’accès à l’information et d’équité informationnelle. 

Interview de Célia Deiana, à propos du festival FantastiQueer

Logo rond du festival Fantastiqueer, accompagné d'un drapeau arc-en-ciel LGBTI+

Bonjour Célia, peux-tu te présenter ?

Bonjour, je suis Célia Deiana, autrice, blogueuse et militant queer, chronologiquement depuis 35, 15 et 10 ans, en gros. Je m’occupe en tant que bénévole de la médiathèque LGBTQI+ et féministe de La Station, centre LGBTI de Strasbourg. Et je suis donc depuis plusieurs mois la coordinatrice de FantastiQueer.

En quoi consiste ton projet, FantastiQueer ?

FantastiQueer est un salon de l’imaginaire queer qui aura lieu du 18 au 20 septembre 2020, à Strasbourg. Plus précisément à La Station (7 rue des écrivains)
Nous accueillerons sur trois jours une demi-douzaine d’auteurs et d’autrices appartenant à la communauté LGBTQI+ et écrivant dans le domaine de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique et associés)
Il y aura bien entendu une soirée d’inauguration, avec un vernissage d’exposition, également dans le thème, des ateliers sur le jeu de rôle, des conférences et débats et des ateliers d’écriture et une masterclass.
De quoi bien s’occuper tout le week-end.

Comment t’es venue l’idée du projet ?

Je navigue dans le monde des littératures de l’imaginaire francophone depuis plus de dix ans maintenant (ma première nouvelle a été publiée en 2009) et j’ai vu, comme beaucoup de lecteurs et lectrices, que la représentation des minorités dans ces littératures n’étaient pas formidables. C’est un problème d’ailleurs qui touche tous les milieux culturels et sociétaux, milieux auxquels les femmes, les personnes racisées et les personnes LGBTQI+ ont moins accès, ou plus difficilement accès.
Mais j’ai également assisté à une belle évolution, chez les lecteurs et lectrices, mais également chez les auteurs et autrices, et dans les maisons d’édition. Le problème des représentations commence a être objet de conférences depuis quelques années, notamment aux Utopiales et aux Imaginales.
Entretemps je me suis éduquée sur la non-mixité et la réappropriation des représentations (notamment chez Sam Boursier), et l’idée d’un salon ouvert au public spécifiquement sur le sujet des minorités dans l’imaginaire, est arrivée tout naturellement.

Pourquoi organises-tu le festival ?

Si j’ai été, comme beaucoup, attirée par le domaine de l’imaginaire, c’est aussi que, malgré les rouages très sexistes et eurocentrés auquel il obéit encore (mais plus pour longtemps), il permet aussi de tordre les conventions sociales. Quitte à être magicien, autant être un magicien gay, puisque nous sommes gays aussi.
De plus la thématique monstrueuse, du « freak » est très profondément ancrée dans la culture queer.
Cependant dans une société très hétéronormée, nous pouvons avoir l’impression que ces petites désobéissances artistiques sont isolées, ou se limitent au virtuel. Après tout, nous sommes témoins des queer-baiting des grandes productions inernationales, et des manifestations de haine qu’engendre la moindre « envie » de représentation d’un personnage queer en toile de fond d’un film Disney.
En organisant un salon, je souhaite faire se rencontrer des personnes qui se sentent encore à la marge de la production artistique actuelle, avec une culture qui est bien réelle, à la fois unifiée et également très diverse.
Il y a peut-être peu de points communs entre un jeune militant gay qui écrit des fanfics Harry Potter et une militante trans qui écrit des livres cyberpunk. Sauf ce vécu personnel qui se retrouve, d’une manière ou une autre, dans l’écrit.

Comment s’inscrit-il dans la littérature queer ?

Généralement, la littérature queer se divise en, disons, trois catégories : celle écrite par des personnes non concernées et qui visent très souvent à la dramatisation et au malheur, voire à la fétichisation, celle écrite par des personnes concernées et qui est souvent reléguée à une littérature de niche (à quelques exceptions près qui arrivent dans les médias généralistes) destinée à un public adulte. Et la littérature de genre, essentiellement de la romance érotique ou du porno, mais avec aussi de belles découvertes en thriller ou en comédie romantique, notamment dans la littérature lesbienne.
Depuis quelques années également, grâce à de bons choix de traduction, et à quelques auteurs et autrices émergents, la littérature jeunesse offre un nouveau souffle à la littérature queer. Je pense surtout à deux best sellers : Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers de Benjamin Alire Sáenz, et Moi, Simon, 16 ans, homosapiens, de Becky Albertalli.
L’imaginaire queer a lui aussi une histoire. Je pense particulièrement au Rivage des Intouchables de Francis Berthelot, paru en 1990 et qui est une vision de fantasy de l’épidémie de Sida, aux romans de Poppy Z. Brite qui interrogent la perte d’identité (l’auteurice a fait son comig-out trans il y a quelques années maintenant) Néanmoins c’est une histoire qui n’est peut-être pas récente, mais qui n’a pas encore été écrite.

Comment s’articule-t-il avec le milieu associatif local ?

Je n’aurai pas pu monter ce projet sans La Station, centre dans lequel je suis bénévole depuis presque cinq ans maintenant. Ce salon est la suite presque logique d’un travail déjà commencé avec des achats de livres pour la médiathèque de l’association et l’organisation d’ateliers d’écritures et de rencontres avec des acteurs et actrices des milieux de la création littéraire.
Pour FantastiQueer nous avons à la fois des partenariats associatifs, notamment avec La Sauce aux Jeux, et professionnels.
Il faut malheureusement dire qu’avec le confinement ce travail de collaboration a été fortement ralenti. Nous ne pouvons cependant pas passer sous silence le soutien de la librairie du Quai des Brumes dans ce projet.
Je tiens aussi à remercier les personnes qui ont rejoint l’équipe d’organisation, permettant un partage des charges de travail et la création d’un site d’archives d’ouvrages de l’imaginaire LGBTQI+. Pour l’instant limité aux romans, essais, nouvelles et bande-dessinées (http://www.fantastiqueer.ovh )
Et je n’oublie pas le soutien des auteurices invitées (notamment Cindy Van Wilder et Mélanie Fazi, qui ont déjà été annoncées) et de leurs éditeurs, particulièrement Dystopia et La Volte.

Donne-moi une bonne raison de venir à FantastiQueer !

Accueil, convivialité, adelphité, connaissances, rencontres…
Si vous faites partie des personnes LGBTQI+, venez découvrir des auteurices qui vous ressemblent, une culture qui vous intègre dans votre diversité.
Si vous êtes allié·es, venez découvrir des littératures qui sortent des normes.
Et pour tout le monde : venez ! Les imaginaires sont ouverts à tous et toutes, et ils ne se laissent pas limiter par un virus ou par quoi que ce soit !

+ DE 100 IDÉES POUR CHANGER TA BIB !

 – Le dossier du numéro 100 de la revue Bibliothèque(s) de l’ABF

Nous avons eu l’honneur de nous voir confier le dossier du numéro 100 de Bibliothèque(s). Intitulé “+ de 100 idées pour changer le monde ta bib !”, le dossier compte 178 idées qui témoignent du dynamisme sans cesse renouvelé des bibliothèques, et de la nécessaire adaptation de nos métiers à la société !
Nous avons essayé de relever le défi d’un non-inventaire à la Prévert, en essayant de couvrir au mieux tous les sujets, pour toutes les compétences et pour tous les budgets… Nous avons reçu pour cela l’aide de nombreux·euses bibliothécaires qui nous ont proposé des idées et envoyé des informations précieuses. Merci à elles et eux !
Nous avons aussi eu à cœur de citer des exemples illustrant les valeurs et les thèmes portés par Légothèque, tels que l’inclusion, la construction de soi, l’orientation sexuelle, l’identité de genre, et l’égalité femmes-hommes.
Nous vous proposons donc ici quelques extraits de ce numéro sur ces thématiques, en guise d’ “apéritif de confinement”, en attendant d’avoir le numéro papier dans les mains… 🙂

En espérant que cela vous donne de l’inspiration et des envies de changer… votre bibliothèque… puis le monde !

Nathalie Étienne et Amandine Jacquet

Barbada de Barbades, drag queen intervenante pour l’heure du conte dans les bibliothèques de la région de Montréal, et qui a accepté de faire la couverture dont nous sommes si fières.
Crédit photo : © Matt Sirois

Voici les codes que nous avons utilisés pour mentionner les bibliothèques : Nom de la bibliothèque ou Commune (Type, (Communauté de) Communes, Département ou Pays, Nombre d’habitant·e·s).
Les types de bibliothèques ont été codés de la façon suivante :
BP : Bibliothèque publique
BN : Bibliothèque nationale
BU : Bibliothèque universitaire

Extraits choisis :

#4 Un « bibliobingo »

Bingo de la diversité à la bibliothèque Louise-Michel (BP, Ville de Paris, 2 187 500 hab.) : un «bibliobingo » en direction des adolescent·e·s : un badge maison à gagner pour celles et ceux qui remplissent une ligne en lisant les ouvrages répondant aux critères indiqués.

CC BY-SA Bibliothèque Louise-Michel (Paris)

Plus d’informations sur les bibliobingos dans le numéro 100 de Bibliothèque(s).

#35 « Livres vivants »

Dans la « bibliothèque vivante », les « livres vivants » sont des personnes qui acceptent de témoigner d’une conviction ou d’une expérience qu’ils ont vécue. Celle-ci peut être d’ordre privé ou professionnel, dans le domaine culturel, associatif, religieux, politique. Elle peut également avoir trait à l’orientation sexuelle et/ou de genre, à une expérience, éducative, morale et/ou affective (enfant adopté, deuil, par exemple). Les « livres vivants » seront présentés anonymement dans le catalogue avec un titre explicite en lien avec le témoignage qu’ils acceptent de partager. L’objectif d’une « bibliothèque vivante » est de lutter contre les stéréotypes et les préjugés. On privilégiera donc les « livres » ayant des expériences en lien avec les clichés et préjugés en cours dans la société. Les publics peuvent « emprunter les livres vivants » pour une durée d’environ 30 minutes, dans l’enceinte de la bibliothèque uniquement (les bibliothécaires sont les garant·e·s d’une expérience sereine et pacifique). 
Cette action est bien souvent organisée sur une journée (en tant qu’animation) comme à La Chapelle-aux-Bois (BP, Vosges, 700 hab.), Béziers (médiathèque communautaire André Malraux, Béziers Méditerranée, Hérault, 122 500 hab.), Toulouse (José-Cabanis, BP, Haute Garonne, 479 600 hab.). Elle peut être organisée avec des « livres » fournis par une association dédiée (la commission Légothèque de l’ABF peut vous fournir une liste), mais il est également possible de créer son propre catalogue. 

Livres vivants dans les bibliothèques et médiathèques de la Communauté d’agglomération d’Épinal
Crédit photo : ©bmi-CAE

Certaines bibliothèques la proposent en rendez-vous régulier : BAnQ (Bibliothèque et Archives nationales du Québec, BN-BP, Montréal, Québec, Canada, 4 098 900 hab.) donne rendez-vous chaque semaine avec deux « métiers hors de l’ordinaire » tels que sergent d’infanterie, charpentière-menuisière, experte en cyber-sécurité, débardeur… À Malmö (BP, Suède, 316 000 hab.), la « bibliothèque vivante » se tient tous les samedis avec un catalogue fixe, mais tous les livres ne sont pas présents à chaque fois. 

Livres vivants dans les bibliothèques et médiathèques de la Communauté d’agglomération d’Épinal
Crédit photo : ©bmi-CAE

La « bibliothèque vivante » peut également porter sur un sujet dédié, comme par exemple la santé mentale ou les migrant·e·s à Rennes Métropole (Les Champs-Libres, BP, Ille-et-Vilaine, 443 200 hab.), ou l’exil à Lyon (Part-Dieu, BP, Rhône, 516 100 hab.). Enfin, la bibliothèque vivante peut parfois être destinée à des publics spécifiques, comme par exemple l’opération « Emprunte un.e suédois·e » menée par six bibliothèques suédoises, dans le but de faciliter l’accueil et l’intégration des migrant·e·s : les personnes récemment immigrées peuvent emprunter un·e suédois·e à la bibliothèque afin d’en savoir plus sur les démarches à effectuer, apprendre et pratiquer la langue suédoise mais également découvrir la culture du pays. L’opération a connu un grand succès à la bibliothèque de Söderhamn (BP, Suède, 12 100 hab.) et a été rebaptisée «Emprunte un·e suédois·e ou un·e migrant·e».

Livres vivants dans les bibliothèques et médiathèques de la Communauté d’agglomération d’Épinal
Crédit photo : ©bmi-CAE

Découvrez les règles de la bibliothèque vivante de la Bibliothèque publique d’information (Bpi) dans le numéro 100 de Bibliothèque(s).
Sur le même sujet, voir aussi : https://legothequeabf.wordpress.com/2015/12/08/bibliotheque-vivante-et-migrant-es-comment-faire-lexemple-suedois/
https://legothequeabf.wordpress.com/2015/06/30/retour-sur-la-bibliotheque-vivante-questions-de-genre/

#75 Des toilettes fonctionnelles et inclusives

Rien de moins inclusif que les toilettes réservées aux personnes en situation de handicap (parce que non, le handicap n’est pas un genre à part), ou encore les tables à langer dans les toilettes pour les femmes uniquement (parce que oui les hommes aussi peuvent souhaiter langer leurs enfants). Par ailleurs, il est important de tenir compte des publics : les femmes utilisent plus souvent les toilettes que les hommes, et le public des bibliothèques est massivement plus féminin que masculin.
Dégenrer les toilettes présente donc le double intérêt de permettre une utilisation plus rationnelle des lieux mais aussi de simplifier les choses pour les personnes non binaires ou transgenres. […] 

Exemples de signalétiques pour toilettes dégenrées : militante à Stovner (BP, Oslo, Norvège, 690 300 hab.) (1), technique mais un peu elliptique à Silkeborg (BP, Danemark, 46 200 hab.) (2), mais un simple pictogramme (3) ferait sans doute également l’affaire.

La suite de cet article et un sketchnote “Récolter et fournir des protections périodiques” (#74) à découvrir dans le numéro 100 de Bibliothèque(s).

#112 Contribuer à  la dignité de chacun·e

La bibliothèque de Saint-Denis -lès-Martel (BP, Lot, 330 hab.), comprend une agence postale et un point social. Ces trois activités s’imbriquent totalement dans le paysage de cette commune ultrarurale et à la population précarisée. Tous les ans, en collaboration avec l’association des Restos du Cœur, a lieu un après-midi « coiffeurs solidaires » qui bénéficie  à une vingtaine de personnes. (voir photo ci-dessous) Des coiffeuses professionnelles viennent offrir leurs services dans ce salon de coiffure éphémère et solidaire. La bibliothèque est désacralisée et la lecture est à la portée de chacun·e et, en attendant son tour, on rit, on mange, on lit. Et quand on se sent beau, on se sent humain et peut-être plus d’envie et de légitimité pour fréquenter la bibliothèque qui est souvent perçue comme « pas pour nous ». La Riverside Library (BP, New York, État de New York, USA, 8 623 000 hab.)  prête des accessoires de mode pour les personnes les plus précaires : cravates, sacoches, pour les entretiens d’embauche, mais aussi pour un mariage, une audition, une remise de diplôme, un bal de promo ou tout autre événement officiel.

Bibliothèque de Saint-Denis -lès-Martel
Crédit photo : CC BY-SA Carine Verger

L’espace dédié aux adolescent·e·s de la Parkway Central (BP, Philadelphie, Pennsylvanie, USA, 1 581 000 hab.) propose en accès libre des produits d’hygiène de première nécessité: tampons et serviettes hygiéniques, coupes menstruelles, déodorants, préservatifs… (photos ci-dessous) Les jeunes peuvent ainsi s’approvisionner, qu’elles·ils soient dans une situation familiale et/ou financière compliquée ou qu’elles·ils soient sans foyer.

Parkway Central, Philadelphie USA
Crédit photo : CC BY-SA Amandine Jacquet

Dans un souci d’ouverture et de bien-être des jeunes, il leur est proposé de porter un badge pour que l’on puisse ainsi s’adresser à elles·eux avec le bon pronom (elle, il ou iel) :

Parkway Central, Philadelphie USA
Crédit photo : CC BY-SA Amandine Jacquet

#117 Une heure du conte inclusive

[…] Dans le cadre de la «Queer week», semaine de réflexion sur le genre et les sexualités, la bibliothèque Louise-Michel (BP, Ville de Paris, 2 187 500 hab.) a reçu en 2018 et 2019 des drag queens pour une heure du conte dédiée aux histoires qui déconstruisent les stéréotypes de genre. La lecture d’albums qui s’attaquent aux préjugés et cassent les codes, avec de superbes créatures pailletées, y rencontre un franc succès, malgré de violentes attaques sur les réseaux sociaux.

Crédit photo : CC BY-SA Bibliothèque Louise-Michel (Paris)

Vu aussi à BALO (Bibliothèque à livres ouverts, Centre de documentation spécialisé dans les questions reliées à la diversité sexuelle à Montréal, Québec, Canada), à BAnQ (BN-BP, Montréal, Québec, Canada), et dans neuf sites de la Free Library (BP, Philadelphie, Pennsylvanie, USA, 1 581 000 hab.).

À lire aussi dans le numéro 100 de Bibliothèque(s), l’heure du conte inclusive dédiée aux enfants qui ont des besoins particuliers (autisme par exemple).
Et « Des contes de Reines » ici

#119 «Mois des fiertés»

Pendant tout le mois de juin, depuis plusieurs années, la Free Library (BP, Philadelphie, Pennsylvanie, USA, 1 581 000 hab.) célèbre la diversité culturelle de la communauté LGBTQIA+ (lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre, queer (ou) en questionnement, intersexuelle, asexuelle (ou) alliée et plus encore). En 2019, plus de 30 bibliothèques du réseau de la Free Library ont participé au programme du «Mois des fiertés». Il regroupe des concerts pop-up, des projections de films, des discussions sur la littérature transgenre, de la poésie, des histoires non sexistes, des ateliers de compétences culturelles LGBTQIA+, des ressources éducatives en santé, des heures du conte par des drag queens, des soirées jeux, des lectures à voix haute et même un programme pour les propriétaires d’entreprises et les entrepreneur·euse·s LGBTQIA+, et bien plus encore !

Vu aussi à New York (BP, État de New York, USA, 8 623 000 hab.), à Washington D.C.  (BP, USA, 6 216 600 hab.), à McGill (BU, Montréal, Québec, Canada) et à BAnQ (BN-BP, Montréal, Québec, Canada) :

Festival Fierté Montréal à BAnQ (Montréal, Québec)
Crédit photo : CC BY-SA Delphine Zavitnik

#137 Des ateliers de conversation

Moments d’échanges et de rencontres conviviales, les ateliers, souvent hebdomadaires, de conversation en français pour les primo-arrivant·e·s et les personnes qui maîtrisent mal le français, ou de conversation dans une langue étrangère, apparaissent de plus en plus dans les médiathèques.
Chaque mercredi, à la médiathèque communautaire de Sarreguemines Confluences (BP, Moselle, 21 200 hab.), deux ateliers Français Langue étrangère (FLE) sont organisés et animés par une bibliothécaire. L’un s’adresse aux personnes de niveau débutant/intermédiaire et est axé sur la grammaire et le vocabulaire. Dans le second, les participant·e·s, plus avancé·e·s, discutent d’un sujet de société. L’intention était d’attirer de nouveaux publics, et de dynamiser le fonds FLE et langues étrangères, les cabines et les méthodes de langue FLE. Ces ateliers font de la médiathèque un lieu de référence et de ressources pour les personnes d’origine étrangère. Lors du festival nommé «Migration», les participant·e·s ont présenté leur parcours de vie, permettant de déconstruire les clichés autour des migrant·e·s économiques qui viendraient « profiter des prestations sociales »…

Vu aussi dans les médiathèques du réseau de Plaine Commune (BP, Seine-Saint-Denis, 435 300 hab.) avec leurs ateliers Blabla, à la bibliothèque Vàclav Havel (BP, Ville de Paris, 2 187 500 hab.),  à Langres (BP, Haute-Marne, 7 800 hab.). […]

Film documentaire Atelier de conversation (2018) de Bernhard Braunstein, dont l’ABF a été partenaire

« À la Bibliothèque publique d’information, au Centre Pompidou à Paris, des personnes venant des quatre coins du monde se rencontrent chaque semaine, lors de l’Atelier de conversation pour parler français. Les réfugié·e·s de guerre côtoient les hommes et femmes d’affaire, les étudiant·e·s insouciant·e·s croisent les victimes de persécutions politiques. Malgré leurs différences, elles et ils partagent des objectifs communs : apprendre la langue et trouver des allié·e·s et des ami·e·s pour pouvoir (sur)vivre à l’étranger. C’est dans ce lieu rempli d’espoir où les frontières sociales et culturelles s’effacent, que des individus, dont les routes ne se seraient jamais croisées, se rencontrent d’égal·e à égal·e. »

#175 Une signalétique percutante et inclusive

Dans l’esprit Code de la route, cet autocollant posé sur la porte de la bibliothèque d’Entresse (BP, Helsinki, Finlande, 642 000 hab.) affirme : « Zone sans discrimination ». Il a été conçu dans le cadre d’une campagne du ministère de l’Intérieur en lien avec de nombreux acteurs sociaux. 1 200 organisations se sont déclarées « Zone sans discrimination », dont 29 bibliothèques. […]

Bibliothèque d’Entresse, Helsinki (Finlande)
Crédit photo : CC BY-SA Amandine Jacquet

La suite de cet article ainsi que d’autres exemples de communication drôles et anti-clichés sont à retrouver dans le numéro 100 de Bibliothèque(s).

Vous en voulez plus ? Procurez-vous le numéro 100 de Bibliothèque(s) : c’est par ici !

Les auteures :

  • Après avoir travaillé à la bibliothèque municipale de Valence, Nathalie Étienne occupe désormais un poste d’assistante à la Médiathèque Départementale de la Drôme à CREST (site ouvert aux publics). Elle est responsable du secteur musique et de la communication.  Amateure de street art, elle y a organisé divers événements (Yarnbombing, Inside Out Project). Son compte Instagram @knittie_librarian est le reflet de cet intérêt. 
    Elle a collaboré avec Amandine Jacquet à élaborer le dossier « + de 100 idées pour changer ta bib» du numéro 100 de la revue Bibliothèque(s) (ABF, 2020).
  • Bibliothécaire et formatrice, Amandine Jacquet a travaillé en bibliothèques municipales et départementales, puis à l’Enssib, avant de devenir formatrice et consultante pour les bibliothèques.
    Elle est membre de la commission internationale de l’ABF et de la section Management des Associations de Bibliothèques (MLAS) de l’IFLA.
    Elle a coordonné l’ouvrage Bibliothèques troisième lieu (ABF, 2e édition revue et augmentée en 2017, publication en italien 2018), ainsi que l’ouvrage Concevoir une bibliothèque rurale (ABF-ABD, 2018). Elle a collaboré avec Nathalie Étienne à élaborer le dossier « + de 100 idées pour changer ta bib» du numéro 100 de la revue Bibliothèque(s) (ABF, 2020).

Le meilleur de notre veille #57

Voici le meilleur de notre veille de ce mois de mars marqué, malgré l’épidémie, par la Journée internationale des droits des femmes (8 mars) et la Journée internationale de la visibilité transgenre (31 mars). De quoi alimenter nos confinements !

Lire la suite

Tour de veille #55

4969648.jpg-r_640_360-f_jpg-q_x-xxyxx

Voici les éléments marquants de notre veille de décembre et de janvier !

Le projet Les Oubliées, qui permet d’envoyer un livre à des femmes en prison.

Les films LGBT+ qui ont marqué la décennie sur Komitid (en deux parties ! )

La chronique de Giulia Foïs sur France Inter, Pas son genre

Un article de Fabien Trécourt : Qui a peur du « genre » ?

Le livre Les dessous lesbiens de la chanson « rend à Sappho ce qui est à Sappho » en explorant en 40 chansons, de 1920 à nos jours, le thème de l’homosexualité féminine. Par Laura Lootgieter et Pauline Paris, illustrations par Julie Feydel.

image1

En anglais, l’article Wikipédia sur les bibliothèques et la communauté LGBT+

Le défi Je la lis, pour remettre les femmes de lettres à leur place !

Et enfin le livre Pour une histoire des femmes bibliothécaires au Québec.

280x0_D5251_pn

Suivez-nous aussi sur Twitter , Facebook et Diigo