Retours sur l’ALMS LGBTQ : Archives, bibliothèques, Musées et collections spéciales LGBTQ+ [1/2]

par Renaud Chantraine . R. Chantraine débute une thèse en ethnologie à l’Ehess après des études de muséologie à l’école du Louvre. Ses recherches portent sur les questions de sexualité et de genre dans le domaine des musées et du patrimoine.

Pour celles et ceux qui s’intéressent de près aux questions relatives à l’histoire et aux mémoires, aux archives ou plus globalement au patrimoine[1] des minorités sexuelles et de genre, le congrès qui s’est déroulé à Londres du 22 au 24 juin 2016 a été un moment majeur. Son sigle un peu barbare, ALMS LGBTQ+ (traduit par « Archives, bibliothèques, Musées et collections spéciales lesbiennes, gais, bisexuels, trans, queer et + ») reflète d’emblée la grande diversité de communautés ou d’individu.e.s, de professions ou d’activités, de discours et d’enjeux rassemblés dans le cadre de cet événement. Lire la suite

Multiculturalisme et Genre à l’IFLA

L’IFLA, association internationale des bibliothécaires, est organisée en section et en groupes d’intérêts spéciaux. Un certain nombre de ces groupes travaillent tout au long de l’année sur les thématiques qui nous intéressent ; d’autres s’y consacrent de manière plus ponctuelle à l’occasion des conférences (open session) organisées pendant le congrès annuel. Nous vous invitons à une découverte de ces groupes.

IFLA World Library and Information Congress 2013, Singapore

La commission FAIFE

Commençons d’abord par la commission FAIFE qui se consacre à la liberté d’expression. Ce groupe a publié un certain nombre de textes, notamment des guides sur la liberté d’expression, la lutte contre la corruption, la circulation de l’information sur le Sida…Il sont aussi rédigé un code d’éthique des bibliothécaires, qui existe en une dizaine de langues, mais malheureusement pas en français. S’il vous vient l’envie de traduire le code, cela serait certainement très appréciée par la commission FAIFE. Les thématiques de ce groupe ne concernent pas directement légothèque, mais dans beaucoup de pays, la question de la lutte contre les stéréotypes s’accompagne bien entendu d’un besoin de redéfinir la liberté d’expression.

La section : Services des bibliothèques aux populations multiculturelles / Library Services to Multicultural Populations

Cette section s’intéresse aux services proposées pour servir au mieux soit des populations diverses ou plus particulièrement des groupes numériquement minoritaires sur un territoire du point de vue culturel ou linguistique. Ils ont aussi un travail de publication et de mise à jour de guides et ont ainsi publié un guide sur les communautés multiculturelles et surtout le Manifeste des bibliothèques multiculturelles signé IFLA et Unesco. Ce manifeste est disponible aussi en Français.  Ils publient aussi une newsletter dans laquelle vous pouvez suivre les actions de cette section. Newsletter qui parait deux fois par an, mais uniquement en anglais. Pour savoir ce qui anime les membres de cette section ou simplement pour avoir des informations variées sur la question des services aux populations multiculturelles, vous pouvez vous inscrire à leur liste de diffusion. Pour 2013, cete section a lancé un appel à communication sur le thème suivant : « Indigenous knowledge and multiculturalism in LIS education and library training: infinite possibilities », à savoir la formation au multiculturalisme (…) dans les formations de bibliothécaires. c’est un thème qui peut intéresser soit des bibliothèques qui proposent des services multiculturels et qui ont un regard sur les besoins des bibliothécaires pour savoir mettre en place ces services, soit des enseignants et des formateurs. Les propositions sont à faire en anglais, mais l’intervention pourra se faire en français, car cette section demande toujours une traduction simultanée. N’hésitez pas à envoyer une proposition !

Le groupe d’intérêt spécial : questions indigènes

Ce groupe dépend de la section précédemment décrite mais est tout à fait autonome sur les conférences organisées, les publications…S’il dépend d’une section c’est qu’il ne réunit pas assez de membres inscrits pour être officiellement une section. C’est souvent le cas pour des points très spécifiques. Ce groupe propose quelques textes clés pour amorcer des discussions autour de ce thème. Il semblerait que cette année le groupe ne propose pas de conférence seul, mais le thème de sa section mère abordant les questions indigènes répond aussi à la demande du groupe.

Le groupe d’intérêt spécial : RELINDIAL

Ce groupe est tout nouveau ; il est né l’an dernier et a pour vocation le dialogue entre les religions notamment à travers les bibliothèques religieuses. Pour donner un exemple, la bibliothèque universitaire de l’université Catholique de Paris y est engagée. Ils proposent aussi une conférence cet été avec un appel à communication sur le thème des outils permettant un meilleur partage de l’information sur les religions. La question du multiculturalisme touche aussi bien sûr la question des cultures religieuses, spirituelles et nous vous signalons donc la possibilité de participer à cette conférence.

Le groupe d’intérêt spécial : Women, Information and Libraries

Ce groupe s’intéresse aux femmes bibliothécaires, aux femmes public de bibliothèques, aux femmes sources d’informations. Ce groupe a aussi une liste de diffusion à laquelle vous pouvez vous abonner et propose chaque année une conférence pendant le congrès. Vous pouvez retrouver les archives sur le site. Pour l’été 2013, au congrès annuel, le groupe va lancer un appel à communication sur le thème : « LIS professionals in the East contributing to improve women’s lives », soit la contribution des professionnels des sciences de l’information et de la bibliothéconomie à l’amélioration de la vie des femmes en Asie. Pour rappel, le congrès se passe à Singapour, d’où la thématique choisie. L’appel n’a pas encore été relayé, mais il ne saurait tarder.

Autres sections et groupes

D’autres groupes ou sections proposent pour 2013 des conférences sur ces thématiques, mais de manière tout à fait exceptionnelle. Le groupe d’intérêt spécial, histoire des bibliothèques, propose cette année une conférence sur le thème : Colonial and Post-Colonial Perspectives on Libraries, Readers, and Book Culture in Asia. Là encore l’appel n’a pas encore été lancé.

La section Théorie et Recherche en bibliothéconomie (LTR : Library Theory and Research) propose cette année le thème de la diversité pour sa conférence : « Diversity in libraries: research reflecting theoretical approaches and practical experimentation ». Pour cette conférence aussi la traduction simultanée a été demandée.

Comme on peut le voir, l’IFLA est riche en propositions sur les thèmes qui intéressent Légothèque et nos lecteurs. Tous ces appels à communication donneront lieu, certes à une conférence, mais aussi à la publication des articles sur le site web de l’IFLA. Quand les articles seront disponibles, nous vous les indiquerons.

Masculins/Féminins : dialogues géographiques et au-delà

Du 10 au 12 décembre prochain, les universités de Grenoble 1 et 2 organisent un colloque international sur le genre :

« Masculins/Féminins : dialogues géographiques et au-delà ».

Logo du colloque

Organisé par des chercheurs et chercheuses en géographie, ce colloque est itinérant. Conçu comme une biennale, il circulera une année à Grenoble, deux années plus tard à Bordeaux. Voici une courte présentation des enjeux du colloque :

« Il est fort à parier que les recherches interrogeant le rapport  genré à la spatialité, aux lieux, à l’action sont traversées par des controverses. Dans le champ de la géographie, les approches par genre ont été questionnées dans leur fondement épistémologique, leurs valeurs et leurs légitimités pour être aujourd’hui considérées comme un objet géographique, un « construit cognitif permettant d’appréhender un phénomène spatial » (Lévy et Lussault, 2003).  Il y a eu des moments, des lieux où cette controverse a été débattue (Lyon-Grenoble, 2004), (Bordeaux, 2010)… dévoilant ainsi les points aveugles et les effets d’occultation de la discipline dans l’analyse de la relation de genre à l’espace. « 

Pour ma part, donnant des cours sur la signalétique et donc intéressée par la dimension spatiale de nos bibliothèques, je me demande dans quelle mesure le genre prend position spatialement dans nos établissements. Michel Melot disait dans la Sagesse du Bibliothécaire avoir vu des bibliothèques à Dubaï et en Corée dans lesquelles des espaces non-mixtes étaient prévus. En d’autres termes, il y avait une salle pour les hommes et une salle pour les femmes. Il s’agit alors d’une spatialisation séparatrice, quelles qu’en soient les raisons. On reconnait le droit aux unes et aux uns d’entrer dans une salle mais pas dans l’autre. Il y a à la fois quelque chose de l’ordre de l’autorisation et de la restriction.

Qu’en est-il quand la spatialisation relève plutôt de la collection, plus que du public ? Il ne s’agit plus de dire que telle salle n’est accessible qu’à un tel public, mais que telle salle correspond à une collection qui attirera plutôt un public spécifique. Par exemple, une salle avec des fonds sur l’homosexualité ou une salle entièrement remplie d’ouvrages en espagnol sur un territoire où l’espagnol n’est pas la langue première mais est celle de la communauté immigrée la plus importante. Ces espaces générent-ils des recontres entre les genres, les cultures ? Sont-ils au contraire plutôt le lieu d’une construction de l’individu, face à l’appropriation de sa culture ? Comment devenons-nous les signaler ? Quelles y sont les règles d’usage ?

Si dans mes voyages, je croise une bibliothèque qui aura fait des espaces genré, je ne manquerais pas de leur poser ces questions et de vous trrasmettre leurs propres analyses. En attendant, nous pouvons toujours aller à Genoble pour suivre ce colloque.

Raphaëlle

Genre et jeux vidéos

La question des jeux vidéos en bibliothèque se pose souvent en ce moment : ateliers de jeux vidéos à l’ABF ou au congrès des milieux documentaires, bibliothécaires théoriciens du jeu vidéo, sessions de jeux vidéos en médiathèque (voir la carte de France des jeux vidéos en bibliothèque),  articles dans le BBF…bref, beaucoup de bibliothécaires s’y intéressent. Si vous voulez compléter l’équation bibliothèques et jeux vidéos avec une petite touche de « gender studies », rdv du 12 au 14 juin 2012 pour le colloque : Genre et jeux vidéos.

Le colloque sera organisé par l’IUFM de Lyon, international (donc prévoyez quelques interventions en anglais) et plutôt axé recherche que pratique. Le speech d’appel pour les communications était le suivant :

« Il s’agira dans ce colloque d’interroger, dans une perspective de genre, les jeux vidéo, leurs modes de productions, leurs relations aux autres produits culturels. »

On y parlera certainement peu des bibliothèques, en revanche, cela peut donner des idées pour une médiation non-genrée des ateliers de jeux vidéos proposés dans nos médiathèques. Si quelqu’un y va, on est preneur d’un compte-rendu pour ce blog !

en attendant plus d’infos par ici.

Raphaëlle

 

« La représentation du féminin dans l’album » à Moulins

Décidément, les questions de genre dans la littérature de jeunesse intéressent les professionnels (cf. nos billets précédents).

A l’occasion de la journée des femmes, le groupe ABF Auvergne organise le jeudi 15 mars prochain à Moulins, dans l’Allier (03), une journée d’études sur la représentation du féminin dans l’album.

La journée accueillera des interventions d’éditeurs, de chercheur et de représentants du Musée de l’illustration jeunesse, hôte de la journée, afin de revenir sur ces représentations et réfléchir aux enjeux et aux interrogations qu’elles posent aux bibliothécaires.

logo du musée de l'illustration Jeunesse

Une journée qui permettra également de comprendre le changement récent de nom (du Centre de l’illustration contemporaine au Musée de l’illustration jeunesse), de découvrir l’exposition en cours et la politique d’acquisition du Musée.

« Lectures en tous genres » à la bibliothèque de Metz

De nombreuses initiatives se tiennent dans les établissements pour proposer des bibliographies et des animations autour de la construction de soi.

Ainsi, en novembre 2011 s’est tenu à l’Université Paul Verlaine de Metz un colloque intitulé « Enfance et genre ; Comment le sexisme vient aux enfants ? Des stéréotypes sexistes aux conséquences sociales et sociétales ».  Pendant une semaine, plusieurs communications croisant de nombreuses disciplines (sociologie, psychologie, anthropologie, histoire, philosophie) ont essayé d’explorer la question de la construction sociale des genres et de répondre à des questions autour des modalités de construction du genre :  Dans une société et un espace donnés, comment se construit-on fille ou garçon ? femme ou homme ? (cf. programme)

Parmi les intervenant-e-s, se trouvaient le réseau des Bibliothèques et médiathèques de Metz, venu proposer une intervention sur la production éditoriale jeunesse et notamment celle destinée aux adolescent-e-s., une expérience que Miss Média raconte de manière très éclairante sur son blog.

Ce travail s’est vu complété par l’établissement d’une riche bibliographie intitulée « Lectures en tous genres » et proposant une sélection de romans, documentaires, livres illustrés ou encore bandes dessinées revenant sur les stéréotypes sexistes et sur la construction du genre.

« On peut mettre en lien le contenu de la bibliographie avec l’image de sa couverture : dans le flot de la production sexuée voire sexiste, les jeunes sur le radeau ont à leur disposition et lisent des livres colorés. Et si l’adolescence est un passage, si la traversée entre le monde des enfants et celui des adultes est parfois difficile et houleuse, ces livres peuvent accompagner ceux qui en ont envie, les aider à se connaître, à se construire. »

explique-elle sur le blog.

La bibliographie est disponible sur le compte Calaméo de la bibliothèque