Le sexisme dans les livres jeunesse

D’une manière ou d’une autre, les livres jeunesse ont une importance capitale dans la construction de soi. La bibliothèque joue souvent par ce biais le rôle de médiateur : c’est pour cette raison d’ailleurs que certains partis politiques d’extrême droite ou certaines associations de famille demandent régulièrement la censure de livres pour enfants.

Des événements réguliers aux Etats-Unis et en Europe nous rappellent combien la société a conscience de cet enjeu du livre dans l’apprentissage du monde : c’est ainsi aussi que nous « faisons société », pour reprendre la formule de l’édition 2012 des Estivales de l’Enssib.

Politique documentaire et lutte contre le sexisme : quel rapport ?

Les politiques documentaires ne font pas état (n’hésitez pas à me détromper en commentaire) de l’intérêt qu’il y aurait à lutter contre les stéréotypes, et particulièrement le sexisme, à travers les collections proposées. La raison est peut-être qu’il peut être difficile de trouver des livres jeunesses ne véhiculant pas de stéréotypes sexistes : selon une étude de 1997 du docteur en psychologie Anne Dafflon-Novelle (espérons que les choses ont évolué en quinze ans !), la moitié des livres jeunesse racontaient l’histoire d’un héros, et seulement le quart l’histoire d’une héroïne ! Lire la suite

Le sexisme dans les livres jeunesse

Montauban(Tarn et Garonne) consacre une semaine entière à l’étude et aux manifestations du sexisme dans les livres pour la jeunesse. Le Département Archives et Médiathèques, le CDDP, l’IUFM, l’association des libraires montalbanais, la bibliothèque municipale de Montauban et la Médiathèque départementale se sont associées pour proposer tout un programme autour de cette thématique. Vous pouvez trouver le programme sur le site de la Médiathèque départementale. Par ailleurs mais je le dis quand même, personnellement, je trouve leur document de communication plutôt bien réussi. J’aime beaucoup !

Programme "sexisme dans le livre jeunesse" à Montauban

Notez surtout la date du 16 janvier, date de la journée d’étude où universitaires, libraires, auteur (Thomas Scotto) et bibliothécaires vont pouvoir débattre et exposer sur le sexisme dans les livres jeunesse. On espère que les actes seront publiés.
Enfin, si vous vous intéressez à l’histoire des femmes et du genre dans l’éducation, sachez que la bibliothèque de l’IUFM de Lyon a une collection assez édifiante : Aspasie.
Raphaëlle