TDoR : les bibliothèques sont et doivent rester les alliées des personnes trans !

Le 20 novembre est la journée internationale du souvenir trans (« transgender day of remembrance » ou TDoR), en mémoire des victimes de la transphobie. Les personnes trans sont encore victimes de crimes de haine, de violences sexuelles et sexistes directes, mais aussi de formes harcèlement et de dénigrement qui peuvent les pousser au suicide.

A l’occasion de cette importante journée mémorielle, la commission Légothèque de l’Association des bibliothécaires de France souhaite rappeler son engagement en faveur de l’inclusion et de la non-discrimination des personnes transidentitaires et appeler l’ensemble des professionnel·les des bibliothèques à la plus grande vigilance face au discours transphobe qui se diffuse actuellement.

Le respect du pluralisme et l’ouverture au débat, valeurs cardinales de notre profession, ne doivent pas servir à légitimer de thèses pseudo-scientifiques et brutalement discriminatoire.  Sur un sujet aussi existentiel que la transidentité, les bibliothécaires doivent rester particulièrement attentifs et attentives à la qualité des documents qu’ils et elles font entrer dans leurs collections et aussi à l’équilibre des débats qu’ils et elles peuvent organiser : s’assurer que les personnes concernées auront la possibilité de s’exprimer à égalité avec les autres intervenant·es, corriger immédiatement les infox ou les contre-vérités éventuelles, préparer ces rencontres en se formant aux questions trans auprès des associations défendant les droits des personnes trans.

La Légothèque met à disposition de tou·tes les collègues un ensemble de fiches pratiques visant à améliorer l’accueil des personnes trans en bibliothèque, aussi bien en tant qu’usager·es qu’en tant que collègues : Boite à outils : accueil des personnes trans – Association des Bibliothécaires de France (abf.asso.fr)

Pour rester des lieux accueillants pour toutes et pour tous, les bibliothèques doivent réaffirmer leur engagement en matière de qualité de l’information et de lutte contre la désinformation. La transidentité peut être l’occasion de débats légitimes, mais ces débats ne peuvent pas aboutir à la négation même de l’existence de certain·es usager·es.

Aujourd’hui, nous nous souvenons tous et toutes ensemble que la transphobie tue et que toutes et tous ensemble nous devons lutter contre la transphobie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s