Retour sur la rencontre « littérature et périphérie »

Le congrès ABF 2017 est terminé depuis quelques mois, mais nous profitons de la publication des captations du congrès pour revenir sur la rencontre que nous avions animée le jeudi après-midi.
Pour préparer cette rencontre, nous avons publié sur le site des recensions d’ouvrages, que vous pouvez retrouver avec ce mot-clé : « littérature urbaine », ainsi qu’une liste de pistes à interroger lors de la rencontre. Nous vous proposons donc de passer dans les coulisses et voir notre préparation.
Nous vous proposerons ensuite quelques notes prises sur le vif.

Les ouvrages abordés
Littérature et banlieue #1 – Kiffe Kiffe Demain de Faïza Guène
Littérature et banlieue #2 – Boumkoeur de Rachid Djaïdani
Littérature et banlieue #3 – Tabou, confession d’un jeune de banlieue de Zahwa Djennad
Littérature et banlieue #4 – Les anges s’habillent en caillera de Rachid Santaki
Littératures et « francophonie » #1 – Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne / Kaoutar Harchi

La préparation
Nous avons eu l’idée de cette rencontre lors de notre séminaire de travail à Epinal en 2016. Le thème du congrès ABF 2017 venait d’être annoncé et nous étions enthousiastes par rapport à celui-ci : Bibliothèques : Inégalités territoriales et égalité des chances.

Après discussions, nous avons choisi de proposer cette rencontre, et commencé à chercher des intervenant.e.s potentiel.le.s – cette partie est toujours un peu longue à réaliser car après nous être arrêté.e.s sur des invité.e.s, il faut pouvoir les contacter et les inviter formellement. Ceci dit, nous avons pu rapidement boucler notre rencontre tout en travaillant sur les contenus.
Nous avons souhaité faire intervenir des profils variés et complémentaires, sur la thématique « littérature et périphérie », à la fois à travers le prisme de l’écriture et celui de la sociologie, tout en s’interrogeant sur la place donnée à cette littérature dans les bibliothèques.
En préparant la rencontre, nous avons pu mesurer les questionnements sur cette littérature, qui peut être définie de façon multiple, sans que ces définitions soient universelles. Nous avons donc pris le parti de montrer cette multiplicité et ne pas chercher à apporter nous-mêmes une définition. L’objectif était de discuter justement autour de ces questionnements et de mettre en rapport ceux-ci avec le lieu bibliothèque.
Enfin, pour lancer la rencontre, présenter nos intervenant.e.s et alimenter la discussion, nous avons préparé pour chacun.e une liste de questions plutôt ouvertes, liées à leurs activités professionnelles (bibliothèque, écriture, sociologie, recherche …).

Quelques notes pendant la table ronde

Voici en substrat quelques éléments intéressants qui ressortent de cette rencontre.

Modératrice Sophie Agié, membre de la commission Légothèque de l’ABF

Intervenant.es : Kaoutar Harchi, sociologue, Rachid Santaki, journaliste, romancier et scénariste, Nadia Tarfaoui, conservatrice des bibliothèques

Nadia Tarfaoui a rédigé son mémoire ENSSIB sur la place de l’écrivain de banlieue.

« Sous chape de plomb et plafond de verre : la place des écrivains « de banlieue » dans les bibliothèques publiques » / Nadia Tarfaoui

Elle a défini un corpus de 13 auteurs dont Rachid S et a lancé ses recherches sur les catalogues de 69 villes. Plusieurs titres sont présents dans un certain nombre de bibliothèques, mais leur classement varie : documentaires, anthropologie. La représentativité sur le territoire est équilibrée, mais ces livres sont plus présents dans les annexes que dans les centrales.

Il apparaît que les auteurs sont peu invités dans les bibliothèques, c’est différent pour Rachid S, bien identifié sur le territoire de Seine-Saint-Denis (93), qui est souvent invité par des bibliothécaires conscients de leur rôle de médiateurs et de passseurs de toutes formes de culture. Les éditeurs doivent aussi jouer leur rôle de défricheurs de nouveaux talents (1 des auteurs du corpus est auto-édité).

Il faut réfléchir à la dénomination de ces auteurs, car on parle souvent d’auteur de banlieue, de cité, mais ce sont des auteurs à part entière !

Kaoutar Harchi retrace dans son ouvrage « Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve » les carrières de cinq écrivains algériens de langue française : Kateb Yacine, Assia Djebar, Rachid Boudjedra, Kamel Daoud et Boualem Sansal.

Elle y étudie les modalités de leur réception littéraire et il apparaît clairement que des critères extra littéraires interviennent. Ils sont encore trop souvent considérés comme des écrivains étrangers de la ngue française.

Autre fait marquant : peu de femmes auteures présentes dans les catalogues des éditeurs, qui privilégient les titresou les auteurs qui marchent.

Les bibliothécaires doivent s’approprier plus qu’ils ne le font cette veine littéraire et concourir à lui donner une visibilité accrue. La question de la formation se pose pour que les bibliothécaires prennent conscience des pépites qui sommeillent chez ces auteur.e.s !

Retrouvez ci-dessous la vidéo de la rencontre

Publicités

Le meilleur de notre veille #34

Après la pause estivale, voici la trente-quatrième synthèse de la veille réalisée par les légothécaires sur Diigo.

Nous ferons un focus sur quelques sujets et thèmes marquants ces dernières semaines.

« Simone Veil était une féministe, mais aussi une femme de son temps »

Nous saluons cette figure de proue aux multiples talents (femme politique, de culture, féministe) qui est décédée le 30 juin dernier à l’âge de 89 ans. Elle incarne la loi légalisant l’avortement adoptée par le Parlement en 1974.

   

Les associations de bibliothécaires comme l’IFLA et l’ABF se sont réunies ces dernières semaines  à l’occasion de leurs congrès. Retrouvez dans ces deux articles quelques sujets qui ont été abordés : conférence autour de la notion de l’intersectionnalité, questions de multiculturalisme, situation des femmes en situation de conflit pour l’un et table ronde « littérature et périphérie », stand de différentes commissions dont Légothèque, expérimentation autour des toilettes mixtes pour l’autre.

 

Lire la suite

Dialogue entre la recherche, les militant.e.s, les archivistes et bibliothécaires ou quand un atelier universitaire et une brochure nous interrogent sur nos pratiques professionnelles

Par Marine Gilis, doctorante : année préparatoire à la thèse, diplômée du master Genre, Politique et sexualité de l’EHESS

Un atelier universitaire intitulé « Archives, mémoire, transmission du féminisme et LGBTQ+ » , soutenu par l’association EFiGiES (réseau de jeunes chercheur.e.s en étude de genre), a débuté le 6 octobre à Paris. Cet atelier vise non seulement à interroger les archives en tant qu’objet, à travers un regard pluridisciplinaire, mais il vise aussi plus largement à questionner la construction des identités, des mémoires, à explorer et comprendre le processus de transmission. Animé par des jeunes chercheur.e.s, mais ouvert aux chercheur.e.s plus expérimenté.e.s, aux professionnels de l’archivage, de la documentation, de la conservation et aux militant.e.s, cet atelier s’organise en quatre séances sur l’année, à Paris et à Toulouse. Il s’adresse à tous les publics : étudiant.e.s, chercheur.e.s, professionnel.le.s et usager.e.s.
Interroger le métier, les transformations technologiques, les savoirs, l’égalité.
Alors que le féminisme et les questions LGBT sont souvent envisagées du point de vue des politiques d’égalité et des discriminations, l’atelier se propose ici d’interroger cette mémoire collective d’un autre point de vue, celui des professionnel.le.s, chercheur.e.s et militant.e.s, qui ont la responsabilité de sa sauvegarde. Quel sens donner aujourd’hui aux études féministes et de genre ? Par qui, comment et pourquoi une mémoire « minoritaire » doit-est-elle être construite, écrite, racontée ? Comment mettre à disposition les ressources, archives et documentation, à tous les publics ? Comment inclure cette diversité des mémoires féministes et LGBT et assurer la pérennité et la visibilité des associations et institutions qui la transmettent ? Que faire en contexte autoritaire, répressif, face à la censure ou encore la globalisation et les transformations technologiques ?

Un nouvel outil : la brochure « Faire des études féministes et de genre en France »

Lire la suite

Médiation numérique et bibliothèques

« Les bibliothèques et la transition numérique : les ateliers internet, entre injonctions sociales et constructions individuelles »

/ sous la direction de Pascal Plantard et Agnès Vigué-Camus

Ce livre a retenu l’attention de Légothèque car il s’intéresse à un aspect spécifique de la construction de soi : l’inclusion numérique dans un monde en perpétuelle évolution technologique. Il souligne le rôle d’accompagnement des bibliothèques dans la construction des individus via des collections, des espaces et des services, parmi lesquels se trouve la médiation numérique en bibliothèque. Cet article a pour objectif de balayer les enjeux à l’oeuvre dans ce processus.

Cet ouvrage apporte un regard croisé dynamique : analyses de sociologues et retour d’expériences de bibliothécaires en France et à l’étranger, ce qui en fait un texte vivant, ancré dans des pratiques concrètes. Lire la suite

Le meilleur de notre veille #33

Le congrès 2017 de l’ABF vient de s’achever, vivement le prochain en 2018 à la Rochelle!

Nous vous ferons un retour sur quelques thématiques présentes au congrès 2017 de l’ABF à Paris qui s’est tenu du 15 au 17 juin, notamment la rencontre « littérature et périphérie ».

Nous portons cependant une attention particulière à une grande première lors de ce congrès : des toilettes mixtes! Un billet précédent sur notre blog explicitait les enjeux de cette démarche, initiée lors des congrès de l’association des bibliothécaires américains : lutter contre les stéréotypes de genre, veiller à l’inclusion de tou.te.s dans cet espace qui n’est pas anodin.

Lire la suite

Au pays des Lego et du design : tour d’horizon rafraîchissant de quelques bibliothèques danoises !

Retour sur les visites effectuées du 19 au 23 mars 2017 à l’occasion d’un voyage professionnel organisé conjointement par les groupes ABF Nord-Pas de Calais et Île de France.

Le “hygge” danois, concept qui fait écho au bien-être, au “cocooning”, n’est pas une légende ! Il n’a pas d’équivalent dans la langue française et se décline dans des lieux aussi différents que les cafés, les bibliothèques et les aéroports !

livre hygge aéroport Copenhague

Co-construction d’espaces confortables, multiculturels et ouverts, confiance réciproque dans les relations interpersonnelles et interprofessionnelles entre usagers, bibliothécaires et citoyens, bibliothécaires “facilitatrices/facilitateurs” qui proposent des services diversifiés et perçoivent les enjeux de l’inclusion numérique : voici quelques-uns des atouts des bibliothèques visitées !

Notre périple nous a menés de la bibliothèque municipale (BM) de Copenhague à Aarhus (BM Dokk1, bibliothèque universitaire), en passant par la BM d’Herning, avant de clore ce chouette séjour par la visite du Diamant Noir, la Bibliothèque Nationale et Royale de Copenhague.

En préambule, il est important de souligner la visibilité des bibliothèques municipales (BM) danoises grâce à la loi instaurée en 1920 qui garantit la création d’une BM dans chaque ville. Pour mémoire, un tel principe n’existe pas dans la législation française.

Lire la suite